Rejoignez-nous sur le tchat Discord du forum ! Cliquez ici !

Partagez | 
 

 Coming up for air || Rick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


Rick Miller

♆ Messages : 29
♆ Feat. : Charlie Weber
♆ Crédits : BereniceWCL (avatar) - marlosrph (gifs) - Wiise (code signature)

MessageSujet: Coming up for air || Rick   Dim 24 Juin - 20:24



Rick Joshua MillerA scar means "I survived".

Nom : Miller Prénom(s) : Rick Joshua Âge : 35 ans et des années qui défilent très vite à son goût. Date & lieu de naissance : Il est né le 03 mai 1983 à Atlanta, USA. État civil : En couple depuis plusieurs mois avec un homme dont il commence à s'éprendre doucement. Qu'il croit. En réalité, il ne fait jamais que se voiler la face. Il ne fait jamais que tenter de reconstruire les morceaux de son coeur bousillé avec un homme au total opposé de l'homme qu'il a aimé avant lui. C'est tout. Orientation sexuelle : Homosexuel qui s'assume pleinement. Il a déjà embrassé quelques femmes ou, plus exactement, s'est déjà fait embrasser par quelques femmes avant de les repousser gentiment. Métier/occupation : Il est Sergent Chef instructeur en explosifs et déminage sur la base de Little Creek (depuis février 2018). Auparavant, il était officier dans l'Armée de terre, spécialisé dans le déminage. Un poste qu'il lui est à présent impossible d'occuper. Groupe : Army Scénario, PVs ou inventé ? Inventé Avatar : Charlie Weber Crédits : Avatar et gif partie 1 présentation : myself / autres gifs : marlosrph / code signature : Wiise ♥️


Caractère Entier, on peut dire qu'il l'est. Quand il aime, il aime vraiment, et quand il déteste, il déteste vraiment. Il ne fait pas dans la demi-mesure. Courageux, ce mec a, comme certains aiment le dire, de sacrées « cojones ». Il n'est cependant pas inconscient, peut-être un peu téméraire mais c'est du vrai courage qui bouillonne dans ses veines. C'est ce courage que beaucoup de militaires possèdent et qui leur permet d'aller au combat et d'apporter soutien et aide à leurs frères et sœurs d'armes. Ce courage va de paire avec sa détermination : quand il a une idée dans la tête, il ne l'a pas ailleurs et en général, il fait tout pour aller au bout de ses idées et convictions, quelles qu'elles puissent être. Dévoué à son pays et digne de confiance, Rick est loyal et c'est là aussi une grande qualité : jamais il ne trahira un frère ou une sœur d'armes, jamais. L'armée est sa seconde famille, qu'on ne s'y trompe pas : si on leur fait du mal, c'est à lui qu'on fait du mal. D'ailleurs, il est assez rancunier. Il a du mal à pardonner, c'est comme ça. Peut-être en a-t-il trop pris dans la tête par le passé si bien que depuis longtemps maintenant, il ne sait plus accorder son pardon. Cela ne le rend pas moins attachant parce que Rick, il a bon fond, c'est un mec bien, un mec bon, quelqu'un qui a en lui une profonde gentillesse et une véritable générosité. Ce n'est pas le dernier à aller proposer son aide au cas où il y aurait besoin, au contraire. Et au milieu de tout ça, il est bougrement marqué au fer rouge Rick. Il a vu beaucoup, vécu beaucoup et à présent, il fait face une sacrée épreuve qu'il a du mal à surmonter. Alors, ce mec qui avant était quand même plutôt souriant et bon vivant, il est maintenant plus sombre et plus renfermé. Son côté bagarreur et un peu sanguin qu'il réussissait quand même à maîtriser auparavant (parce que dans l'armée, vaut mieux pas taper sur tout ce qui bouge dès qu'on n'est pas d'accord) s'est quelque peu amplifié. Ceci dit, puisqu'il se mélange moins, le risque qu'il en vienne aux mains est diminué. Plus agressif, plus susceptible, il vaut mieux faire attention à ce qu'on lui dit et à la façon dont on lui dit : certains lui trouvent des circonstances atténuantes, d'autres non. Parce que d'autres traversent les mêmes épreuves que lui et arrivent à le faire en étant encore gonflés d'optimisme. Pas Rick. Il cache cependant une partie de ce qui le ronge en réalité, les gens ne savent donc pas tout, loin de là. Sauf ceux qui lui sont proches, et encore. Rick, dans le fond, il est un peu paumé et il lui faudra sans doute encore pas mal de temps pour qu'il réussisse à se retrouver pleinement.
Pour ce qui est des particularités physiques, il a la jambe gauche dans un état lamentable : de très nombreuses cicatrices, des endroits où la chair est clairement manquante bien que cicatrisée, des traces de brûlures. Il a aussi quelques cicatrices sur le flan gauche. Côté tatouages, il n'en possède qu'un seul : le signe des reliques de la mort de Harry Potter entre les omoplates.
Anecdotes, tics, manies Fumeur invétéré, il est très rare de ne pas le voir avec une cigarette à la bouche / Il boit, tient très bien l'alcool, en abuse sans doute trop parfois / Il lit beaucoup, il a chez lui une sacrée bibliothèque et il aime particulièrement les romans fantastiques / Ce mec est fan mais vraiment FAN de Harry Potter et ce, depuis la toute première parution du roman. On ne déconne pas avec Harry Potter, c'est sacré / Il a d'ailleurs le signe des reliques de la mort tatoué entre les omoplates / Il a le mal de mer / Il aime manger, vraiment, il adore la nourriture (sucrée, salée, tout lui va) / Le café, ce n'est pas son truc : il préférera mille fois boire un bon chocolat chaud avec des Marshmallows dedans (si, si) / Il jure facilement / Il aime la nature et il apprécie de passer une après-midi dans un parc avec un bouquin ou même juste à laisser le temps filer / Il a chez lui tout un tas d 'albums de photos familiales et plus particulièrement de son grand-père qui a été, est et sera toujours son modèle / Il a un ordinateur et un accès internet mais il n'y va que s'il y a vraiment besoin : les réseaux sociaux et autres joyeusetés, ce n'est pas son truc du tout / Il chante comme un pied mais par contre, il sait très bien jouer de la guitare / Il a le sommeil très agité / Il est accro à la Vicodine depuis quelques mois 

Pourquoi ce choix de carrière ? Instructeur n'est pas véritablement un choix mais plutôt une seconde carrière militaire par défaut. C'était soit cela, soit retourner à la vie civile et cela lui était tout bonnement impossible. Impossible pour lui de se détourner de l'armée, de quitter la base. Juste impossible. Alors il a décidé d'enseigner tout ce qu'il sait aux autres soldats. Il a décidé de se rendre utile, autant que faire ce peut. Parce que l'armée est toute sa vie. Parce que son grand-père lui a montré la voie et qu'il ne pourrait jamais se détourner de cette vie-là. Alors non, il ne part plus en terres hostiles pour protéger ses frères et soeur d'armes. A la place, il leur apprend à faire ce qu'il a fait pendant de nombreuses années. Pour le moment il n'y trouve pas encore son compte mais cela viendra sans doute. Viendra sans doute le jour où il s'en contentera et ne ruminera plus tout ce qui lui est à présent impossible d'approcher.

Derrière l'écran
Pseudo / prénom : BereniceWCL Âge : 35 ans, c'pas une vanne. J'suis une vieille et j'assume KESKIA  ôô  Fréquence de connexion : Trop pour que ce soit sain AH AH  Hihi En ce moment la période est un peu plus compliquée mais je ferai au mieux. J'avais trop envie d'pointer ma tronche  Crazy  Comment tu as connu le forum ? Quelqu'un ou plutôt quelqu'une. Elle a même pas eu besoin de me dire "viens sur Never Fall". J'avais le lien, le hasard a fait que j'ai revu le forum ce matin et voilà quoi. #jesuisfaiblemaistantpis  Si si  Un dernier petit mot ? La choucroute ça fait péter et le pâté c'pas mon truc. J'préfère manger des blinis avec du tzatziki siouplaimercibocou  :3 Et ce design tue tout  Hystérique   



God, give me grace to accept with serenity the things that cannot be changed, courage to change the things which should be changed, and the wisdom to distinguish the one from the other. Amen.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t802-coming-up-for-air-rick
avatar


Rick Miller

♆ Messages : 29
♆ Feat. : Charlie Weber
♆ Crédits : BereniceWCL (avatar) - marlosrph (gifs) - Wiise (code signature)

MessageSujet: Re: Coming up for air || Rick   Dim 24 Juin - 20:24


Tell me your story


Je fouille partout. Je retourne ma couette, mes oreillers, mes livres (un jour je vais devoir ranger ma chambre comme me le fait souvent remarquer ma mère) mais rien : RIEN ! Je ne le trouve pas et ça commence à me courir sur le haricot.

« RICK ! »

C'est la voix de ma mère mais je l'ignore : je continue à chercher.

« RICK, VIENS ICI !
- ATTENDS ! »
- MAINTENANT ! » 
- Merde ! » je dis plus bas dans ma barbe avant de sortir de ma chambre. »

Je fonce jusque dans le salon et c'est là que je vois ma mère debout, un paquet de cigarettes à la main. Mon visage s'éclaire, un large sourire étire mes lèvres et je fonce jusqu'à elle en enjambant le fauteuil. »

« Tu l'as trouvé, merci !
- Rick ! »
- C'est génial ! » j'ajoute en récupérant le paquet alors que ma mère me regarde avec les yeux écarquillés et la bouche ouverte en un « O » que je pourrais trouver drôle si je n'étais pas autant concentré sur mon paquet de cigarettes. « Je l'ai cherché partout et j'avais pas envie de sortir pour aller m'en acheter un autre. »

Elle termine par fermer la bouche mais retrouve du coup par la même occasion l'usage de la parole.

« Sérieusement ?
- Quoi ?
- RICK ! TU FUMES ?! 
- Hein ? Ah ! Euh... Oui ? » je réponds en esquissant un sourire qu'on appelle « sourire colgate ».

Elle froncent les sourcils.

« Ton père va te tuer avant que ces choses ne s'en chargent !
- Mais non, ça va aller. Cool maman.
- COOL?! »

□□□

« Tu lui as dit « cool maman » ?! 
- Oui, c'est sorti tout seul ! » je réponds à mon grand-père en riant.

Lui aussi se met à rire.

« Elle t'en a collé une ?
- Même pas ! 
- Et ton père ? 
- Non plus. Il a crié un peu mais bon, il s'est calmé. Il a terminé par me dire « si tu veux te tuer tout seul » bla bla bla et hop, c'était fini. 
- Bon, tant mieux. 
- Tu en veux une ? 
- Je veux bien, merci mon grand. »

Parce que mon grand-père fume oui alors non, il ne m'en a pas chié une pendule quand il a su que je fumais. On s'en grille chacun une, on reste silencieux un moment, on profite juste du fait d'être ensemble. J'aime venir le voir chez lui, j'aime venir l'écouter me parler de ce qu'il a vécu lorsqu'il était encore un soldat. Il a eu une belle carrière. Une très belle carrière que je rêve d'avoir également.

« Et sinon, tu leur as dit ? » qu'il finit-il par me demander.

Je décide de jouer la carte de l'incompréhension bien que je sache parfaitement à quoi il fait allusion.

« De quoi ? »

Il hausse les sourcils et me toise. Je finis par soupirer avant de secouer négativement la tête.

« Ce serait bien que tu leurs dises avant que tu ne fasses ton sac pour aller faire tes classes. 
- Je sais. »

Sauf que si la cigarette est passée et si mon homosexualité est passée avant ça, j'ai peur que mon engagement dans l'Armée de terre ne passe pas.

« Ton père a supporté tes choix jusqu'à présent. »

Et je sais que justement, il fait notamment allusion à mon homosexualité qui finalement n'a été une surprise pour personne : le jour où j'ai ramené un type s'appelant Sean à la maison, mes parents n'ont pas sauté au plafond. En même temps, avec les posters de mannequins masculins dans ma chambre et le fait que je ne leur ai jamais ramené une fille, il n'y avait pas trop de place au doute. Même mon grand-père s'y attendait.

« Je sais mais là c'est différent : c'est l'armée. 
- Tu voudras que je vienne avec toi ? 
- Non, non ! C'est bon. !Il risquerait bien de te coller ça sur le dos en vrai, tu le connais...
- C'est pas faux. »

Mon père et mon grand-père s'aiment mais mon père n'a jamais voulu s'engager dans l'armée ni faire carrière. Il a choisi de ne pas le faire, il a choisi une vie civile. Moi, j'ai choisi la vie de militaire et il risque de ne pas apprécier la chose. Il risque de ne pas apprécier la chose du tout et il serait bien capable de dire que c'est mon grand-père qui m'a influencé. Dans le fond c'est peut-être vrai puisque c'est à force de l'entendre me parler de ce qu'il a vécu que j'ai eu envie de faire pareil mais ce n'est pas de sa faute : je suis maître des mes choix. J'espère que mon père comprendra.

□□□

Assis sur le bord de ce qui a été une époque le lit de ma chambre et qui n'est jamais plus que le lit de la chambre d'amis, j'ai la tête baissée, les croisées, le corps crispé, les yeux fixés sur le sol. Des yeux d'où coulent bon nombre de larmes. Je viens de rentrer et si je me suis arrêté là, c'est que je ne voulais pas rentrer à la base. J'ai à peine foulé le sol américain que je me suis rendu au cimetière militaire où mon grand-père est à présent enterré. J'étais en mission quand il est mort, il m'a été impossible de rentrer. J'ai vu sa tombe maintenant. Je l'ai vue. Je sais qu'il est là, sous terre. Je sais qu'il est mort. On frappe à la porte et je relève mon visage tout en l'essuyant mais bon, c'est peine perdue. Mon père entre dans la chambre et son air grave me tord encore plus les entrailles : j'ai perdu mon grand-père, l'homme qui était mon héros mais lui il a perdu son père. Je me relève, on échange une forte étreinte (cela fait des mois qu'on ne s'est pas vus) puis je reprends place sur le lit et il vient s'asseoir à côté de moi. Il passe un bras réconfortant autour de mes épaules et on se regarde en silence un moment.

« Tu y es allé ? »

J'acquiesce d'un hochement de tête.

« Je suis désolé de ne pas avoir été là pour l'enterrement... 
- Non, il ne faut pas l'être. Lui plus que quiconque aurait compris.
- Et toi ?... »

Il me sourit avec douceur.

« Bien sûr que je comprends. »

Pourtant, ça n'a pas toujours été le cas. Quand je lui ai annoncé que je souhaitais m'engager dans l'armée il a sauté au plafond et il ne m'a pas adressé la parole pendant près de deux semaines. Par la suite, quand il a fini par se faire à l'idée, il a de nouveau sauté au plafond quand je lui ai annoncé que j'avais pris la décision de me spécialiser dans le déminage. Pour lui, j'allais encore plus au devant du danger mais une fois encore il a fini par accepter. En fait, il n'a pas vraiment eu le choix. C'est pour ça que je doute : est-ce qu'il comprend vraiment que je n'aie pas été présent ? Il semble penser ce qu'il dit et je décide de le croire : tant pis si c'est un mensonge, j'ai besoin d'y croire.

« Tu sais, il était vraiment fier de toi. »

Mon cœur se serre.

« Bien plus qu'il n'était fier de moi. »
« Non. » je l'arrête tout de suite. « Papa, non. Il était fier de toi, de ton chemin même s'il était différent du sien. »

Mon père affiche un air qui se veut septique au milieu de la douleur que je peux lire sur son visage.

« Il te l'a dit ?... 
- Oui. Il me l'a dit. Plusieurs fois. Il était vraiment fier de toi. »

Cette fois-ci c'est mon père qui ne peut s'empêcher de pleurer. On pourrait croire que je dis ça pour le réconforter mais ce n'est que la plus stricte vérité : le seul tort de mon grand-père est de ne pas l'avoir dit à mon père plutôt qu'à moi. Foutue fierté...

« Est-ce que... » Sa voix tremble, il fait un effort pour contenir ses émotions, je le vois bien. « Est-ce que tu veux rester dîner à la maison ce soir ou tu as prévu de retrouver Andrew ? Il peut venir aussi dîner à la maison. »

Mon père veut que je reste. Moi aussi j'ai envie de rester.

« Je veux bien rester dîner et dormir aussi si ça t'ennuie pas. J'ai pas envie d'être tout seul à la maison ce soir. »

Mon père fronce les sourcils quand je parle d'être tout seul à la maison. Je secoue doucement la tête de droite à gauche en esquissant l'ombre d'un sourire triste.

« En fait, il m'a quitté depuis près de deux mois. Il en avait assez de m'attendre. »

Ceci dit, ça m'a quand même foutu un sacré coup en pleine face quand il m'a annoncé au téléphone qu'il partait. Après près de trois ans de relation, c'est... Dur à encaisser.

« Je suis désolé Rick...
- Non mais c'est bon, ça va. Tu me connais. »

Oui, il me connaît. Il m'a vu essuyer des ruptures parfois difficiles mais toujours m'en relever. Je suis un battant.

□□□

Le stylo glisse le papier tandis que les mots me viennent facilement alors que j'écris quelques mots à ma sœur. Elle est ma principale correspondante lorsque je suis loin. Certes, j'envoie des nouvelles à mes parents mais ma sœur et moi sommes très proches, nous l'avons toujours été. J'aime son caractère, j'aime ce petit bout de femme qui sait ce qu'elle veut et qui n'hésite pas à dire le fond de ses pensées au quotidien. Je l'aime. Je l'aime et aujourd'hui, j'ai eu peur pour mes hommes. J'ai eu peur pour moi aussi, on ne va pas se mentir. La bombe était artisanale et c'était une saloperie très instable alors, même si mes mains n'ont pas tremblé, même si je suis resté calme, j'ai eu peur. J'ai cru y passer et que mes hommes allaient y passer avec moi. D'ailleurs, il n'y avait pas que mes hommes, il y avait aussi ces soldats britanniques qui sont venus en renfort. Heureusement qu'ils sont arrivés parce que ça commençait à devenir compliqué dans le coin. C'est bien cela que j'écris à ma sœur quand j'entends quelqu'un se racler la gorge. J'arrête d'écrire, relève mon visage pour voir à l'entrée de ma tente un soldat : un lieutenant en fait, je le sais, j'ai retenu son grade et son nom aussi. Si je retiens tous les noms ? En fait non, pas vraiment. Disons que certains rentrent mieux que d'autres, surtout quand le type en question me plaît.

« Sergent Chef Miller.
- Oui ? »

Ses yeux à ce type... Bon sang, ses yeux. Mon regard est vite attiré ailleurs cependant, vers sa main gauche, vers son alliance aussi. Putain.

« Lieutenant Gordon.
- Je sais qui vous êtes. » je lui réponds avec un sourire.

Un peu de subtilité ce serait bien, histoire de ne pas faire d'histoires justement. Le lieutenant m'observe un instant avant de blêmir, visiblement gêné.

« Je vous dérange, vous étiez en train d'écrire. 
- Ah non, y'a pas de mal. J'écrivais à ma sœur et je peux très bien continuer plus tard. » je dis en posant le stylo et le cahier sur la couchette à côté de moi.

Puis j'invite le lieutenant à entrer, ce qu'il termine par faire.

« Je peux ? » demande-t-il en désignant une chaise.
Un sourire pour toute réponse. J'aime vraiment ses yeux et je préfère me focaliser dessus plutôt que sur cette foutue alliance qui trône à son doigt.

« Je peux vous demander pourquoi vous ne l'appelez pas ? 
- Qui ? 
- Votre sœur. 
- Oh. Hum... En fait, elle est à l'étranger pour une mission humanitaire. Elle est infirmière. » je précise en voyant son air interrogateur. « Et elle est actuellement dans une région où il n'y a pas de téléphone. Elle ne prend pas le temps d'aller dans la ville la plus proche pour avoir une connexion internet ou autre alors... » je désigne d'un signe de tête le stylo et le papier. « Et puis, pour être tout à fait honnête, j'aime bien écrire des lettres. On peut coucher pas mal de choses sur le papier et je vous raconte tout ça, je ne sais même pas pourquoi. »

On repassera niveau subtilité. Sauf que bon, il me sourit, ce qui me fait sourire aussi. Cet homme me fait fondre, voilà. Et cela ne m'était pas arrivé depuis Andrew donc depuis très, très longtemps.

« Je peux vous aider ? Vous veniez pour quoi ? » je termine par lui demander parce que mine de rien, il est là et je ne sais même pas pourquoi. Il me semble le voir rougir. Je rêve ? C'est peut-être la lumière. Mais non, je suis pas fou, je vois bien qu'il pique son fard.

« En fait, je voulais vous voir par rapport à ce qu'il s'est passé aujourd'hui : la bombe. 
- Oh... 
- Oui, je vous ai trouvé... Enfin, ça m'a vraiment bluffé.
- Ah ? Merci ?... »

Sur le ton de l'interrogation parce que je ne suis pas très sûr de moi pour le coup. C'est bien la première fois qu'on me dit un truc pareil d'une façon aussi directe même si d'ordinaire ma spécialité impressionne certains. Il reste un militaire, gradé, ayant sans aucun doute l'habitude de voir des hommes de ma spécialité désamorcer des bombes. Pourtant ce que j'ai fait aujourd'hui semble l'avoir impressionné oui. Si cela me rend fier ? Bien sûr.

« Vous étiez si calme et j'ai pu voir vos mains : pas un tremblement, rien. 
- En même temps, vaut mieux pas que je tremble sinon faudrait que je change de métier. » je réponds sur un ton léger.

Ambiance légère oui puisqu'il m'adresse un nouveau sourire et j'aime son sourire autant que j'aime ses yeux autant que j'aime son accent anglais.

« C'est gentil. » j'ajoute finalement en détournant le regard.

Finalement, c'est à moi de piquer un fard et je sais pourquoi je pique un fard : parce qu'il me plaît et qu'il me plaît trop. Lorsque je termine par relever mon regard vers lui, il me fixe. Vraiment. Avec insistance. Je fronce les sourcils et il semble réaliser qu'il était en train de me fixer puisqu'il détourne le regard. Trop tard. J'ai vu.

« Pourquoi vous me fixiez comme ça ? 
- Je ne vous fixais pas. 
- Mais si.
- J'ai assez pris de votre temps. »

Et voilà qu'il se relève. Un sourire naît sur mes lèvres tandis qu'il s'approche de la sortie de ma tente.

« Vous me fixiez Lieutenant Gordon. »

Il s'arrête, se retourne et son sourire a quelque chose qui fait naître des papillons au creux des mes entrailles. Des papillons qui m'ont bien manqués en réalité.

« Bonne soirée Sergent Chef Miller.
- Bonne soirée. » que je réponds sans ciller.

□□□

Trois semaines plus tard, je suis assis sur la couchette de ma tente, j'écris une nouvelle lettre à ma soeur. A côté de moi, Peter est assis également et il griffonne quelques dessins : s'il n'avait pas choisi la carrière de militaire, il aurait pu être dessinateur. Le silence qu'il y a entre nous n'est pas pesant, bien au contraire. On peut rester longtemps comme ça, l'un à côté de l'autre sans rien dire. On est bien ensemble. Il est marié oui, il a des enfants oui, mais on est bien. On ne parle pas de sa femme, on en a parlé une fois et il m'a expliqué où ils en étaient dans leur couple et je sais que ce n'est pas la grande joie mais je n'ai pas besoin d'en savoir plus. Je l'aime, point. Il m'aime aussi. Le reste... On verra plus tard. Ici, on vit au jour le jour. Je ne suis pas arrivé au bout de ma lettre que je vois du coin de l’œil qu'il a cessé tout mouvement. Je me tourne vers lui : il m'observe un sourire sur les lèvres. 

« Quoi ? Pourquoi tu me regardes comme ça ? »

Peut-être le fait-il parfois sans que je le sache mais là je l'ai vu. Je le vois.

« Parce que tu es beau, voilà pourquoi. »

J'esquisse un sourire.

« Seriez-vous en train d'essayer de me séduire Lieutenant ? 
- Absolument. Est-ce que ça fonctionne ?
- Oui, ça fonctionne. » que je réponds avant de m'approcher de lui pour l'embrasser.

Ses baisers sont exquis comme le sont chacune de ses caresses bien qu'elles se fassent rares à l'image de nos moments intimes qui sont rares eux aussi, très rares, trop rares mais nous faisons avec, tout simplement parce que nous n'avons pas le choix et qu'il faut que personne ne sache. C'est comme ça.

□□□

Je me planque plus ou moins dans ma tente là, j'attends. Est-ce qu'il va venir ou pas ? Est-ce qu'il va partir comme un voleur ? C'est possible. Non. Impossible. Si, possible. Je n'en sais rien. Après tout, nous ne nous sommes rien promis, il peut très bien décider de ne pas faire de détour par ma tente pour venir me dire au revoir. Alors, quand je le vois entrer, je suis soulagé et heureux de le voir. Et en même temps, j'ai le cœur qui se serre.

« Tu as entendu, hein ? 
- Oui. »

Il s'approche et s'arrête juste en face de moi. Proche.

« Oui. » répète-t-il en écho et le silence s'installe.

Pour une fois, il est pesant. Finalement, je décide de le rompre et tant pis s'il dit non, tant pis s'il me rejette. Je peux pas le laisser partir comme ça sans au moins essayer...

« J'ai quelque chose pour toi. » je dis tout bas tout en fouillant dans ma poche. J'en ressort un papier un peu froissé. « Il y a mon adresse dessus et j'ai noté mon numéro de téléphone portable pour quand je suis à la base à la maison. Si hum... » Moi qui d'ordinaire suis plein d'assurance... Il n'en reste plus grand chose là de cette assurance. « Si tu veux garder contact avec moi... Je sais que tu as ta vie en Angleterre mais bon enfin... J'aimerais bien qu'on reste en c... »

Je n'ai pas le temps de finir ma phrase qu'il m'embrasse et ce baiser, je le savoure autant que j'en ai besoin. Quand il se termine, il pose son front contre le mien.

« Moi aussi j'ai quelque chose pour toi. » m'avoue-t-il dans un souffle et il glisse dans la paume de ma main un petit bout de papier. « Pour qu'on reste en contact oui. »

J'esquisse un sourire. J'ai les larmes aux yeux. Je voulais contenir mes larmes. Je me l'étais promis s'il venait me dire au revoir. Tant pis. Et puis lui aussi il a les larmes aux yeux. Au moins, nous sommes sur la même longueur d'ondes.

« T'as intérêt à garder tes mains bien stables quand tu touches à un explosif et à faire attention à toi. 
- Toi aussi, fais attention à toi. 
- Je ne peux pas traîner... 
- Je sais... »

Merde, ça me brûle les lèvres, j'ai envie de lui dire. Ma bouche s'entrouvre mais aucun son ne sort. Je sais cependant qu'il a compris car il hoche la tête avant de venir m'embrasser avec douceur. Il est bref ce baiser. Trop bref. Puis il se recule, s'éloigne et sort de la tente sans regarder en arrière. Je baisse le visage pour regarder les lettres tracées sur le papier que je termine par porter à mes lèvres. Ce n'est pas fini. Nous, ce n'est pas fini.

□□□

Je repose mon téléphone avant de jurer à voix haute tout seul au milieu de mon appartement. De retour à Little Creek. Fin août 2016. Cela fait trois jours que je suis rentré, trois jours que j'essaye de joindre Peter, trois jours qu'il ne répond et c'est bien la première fois que ça arrive depuis que nous sommes ensemble. Enfin, nous ne sommes pas vraiment ensemble. C'est compliqué. Disons qu'après que nous nous soyons quittés, nous sommes restés en contact. Il y a eu de nombreuses lettres, de nombreux appels téléphoniques, il y a même eu plusieurs visites. Finalement, j'ai réussi à lui dire que je l'aimais, lui aussi, mais il est reparti auprès de sa femme. Je ne lui en veux pas. De toute façon, même s'il la quittait, qu'est-ce qu'il pourrait faire ? Quitter l'armée pour venir s'installer avec moi ici ? Ou moi, est-ce que je serais capable de quitter l'armée pour aller m'installer avec lui en Angleterre ? Est-ce que je serais capable d'être celui qui attend son compagnon pendant qu'il est à la guerre ? Non. On ne se fourvoie pas : aucun de nous deux ne pourrait avoir ce rôle alors, on se contente de ce qu'on a. Les moments qu'on passe ensemble, on les savoure, on les chérit, ce sont nos petits bouts d'éternité à nous, tout simplement. Et c'est donc la première fois que je n'ai aucune réponse de sa part. Bien sûr, je suis inquiet mais au-delà de l'inquiétude, j'ai peur parce qu'il peut très bien avoir décidé d'en avoir terminé. Il peut très bien avoir décidé d'essayer de sauver son mariage et pour ce faire, il doit me quitter. Il pourrait au moins le dire. Inquiétude, peur, inquiétude, peur. Alors, quand le téléphone sonne, que je vois son nom s'afficher, je suis à la fois soulagé, énervé et anxieux : soulagé parce qu'il m'appelle donc il va bien, énervé parce qu'il aurait pu me rappeler plus tôt, anxieux parce que cet appel peut signer la fin de ce qu'il y a entre nous. Je décide cependant de partir du principe qu'il a été trop occupé pour m'appeler : on oublie la séparation possible. Je décroche.

« Vous êtes dans le pétrin Lieutenant Gordon et vous avez intérêt à avoir une excellente excuse pour ne pas avoir répondu à mes appels ! Je me suis inquiété bordel !
- Excusez-moi... »

Je me fige, je me tais : c'est une voix féminine au bout du fil. C'est sa femme, j'en suis sûr, pas besoin d'être devin. Mon cœur se met à battre : il lui a tout dit ou elle a tout compris d'elle-même ?

« Ce n'est pas Peter. C'est sa femme. Bonjour. »

Sa voix est sombre, tremblante. Et moi, il me faut déglutir pour réussir à parler. Ma voix est d'ailleurs presque aussi tremblante que la sienne.

« Bonjour. »

Elle doit me détester et si j'étais elle, je me détesterais aussi.

« Je suis désolée de ne pas vous avoir appelé plus tôt mais j'ai laissé son téléphone de côté et je ne savais pas que vous étiez rentré... »

Quoi ? Hein ? Comment ça elle ne savait pas que j'étais rentré ? Elle sait que j'existe ?

« Je...
- Vous êtes bien le Sergent Chef Rick Miller ?
- Oui... 
- Peter m'a beaucoup parlé de vous. Vous étiez amis, c'est bien ça ?... »

Au-delà du fait qu'elle parle d'amitié et non d'amour, d'ailleurs, peut-être qu'elle sait au fond, qu'elle s'en doute mais qu'elle n'en dit rien, c'est l'emploi du passé qui me pétrifie sur place. J'ai compris. Je sais. Je reste sans voix. Je m'assois sur la première chaise que je trouve, mon regard se voile.

« Allo ? 
- Quand ? » je termine par lui demander tout bas la voix brisée.

Elle comprend. Pas besoin de poser de question supplémentaire. Pas besoin non.

« Il y a quinze jours... » me répond-elle la voix tout autant brisée que la mienne.

Quinze jours...

« Comment ?... »

Je ne devrais pas demander mais je ne peux pas m'en empêcher.

« Une mine... »

Je ne réponds rien, serre la mâchoire, ne cherche même pas à essayer de ravaler mes larmes. Il a sauté sur une minte. Une putaine de mine...

« Je ne savais pas si je devais vous écrire ou vous appeler et après j'ai... 
- Ne vous en faites pas. Vous aviez autre chose à penser... Comment... » Je déglutis. « Comment vont les enfants ? »

Bon Dieu ses enfants...

« Ils tiennent le coup. Moi aussi. Nous n'avons pas le choix. »

J'ai mal. Je me sens mal.

« Est-ce que vous voulez que je vous renvoie les lettres ? 
- Quoi ?... »

La question est posée alors que je suis à deux doigts de m'effondrer.

« Vos lettres, il les a toutes gardées alors je voulais savoir... Peut-être que vous voudriez les récupérer. 
- Je... Oui... Ce serait vraiment gentil de votre part. »

En plus de la douleur d'avoir perdu l'être aimé, je me sens terriblement coupable. Elle est d'une telle gentillesse...

« Je vais vous les envoyer alors.
- Merci. »

Il y a un silence. Je suis sur le point de le briser pour mettre fin à la conversation quand elle reprend.

« Il vous aimait vraiment beaucoup vous savez... » sa voix tremble encore plus et c'est à ce moment-là que je comprends qu'elle sait. Peut-être même qu'elle a su dès qu'il est rentré l'année dernière. « Il vous aimait. »

Lui répondre qu'il l'aimait elle aussi serait un mensonge car s'il avait beaucoup d'affection pour sa femme, il ne l'aimait plus comme il avait pu l'aimer au premier jour. Cependant, je décide de mentir : je peux bien faire au moins ça pour elle. Je dois au moins faire ça pour elle.

« Il vous aimait aussi. »

Son sanglot à l'autre bout du fil me tord les entrailles.

« A une époque... 
- Jusqu'au bout, j'en suis sûr. »

Je mens encore mais c'est ce que je dois faire.

« Et je l'aime encore... » me dit-elle avant d'ajouter : « Vous aussi ? »

Plus de mensonge.

« Moi aussi je l'aime oui. »

Ma voix est éteinte. Je m'éteinds.

« Je vous envoie vos lettres. »

La conversation est terminée.

« Merci. Toutes mes condoléances.
- Merci. »

Quand je raccroche c'est tout mon monde qui s'écroule. Je pleure, je hurle. Non. Non. Non. Pas lui. Pas maintenant. Pas comme ça.

Pas comme ça...

□□□

Je referme la porte derrière Aiden et me retourne vers ma sœur toujours assise dans le canapé. Puis je m'approche et viens me rasseoir à côté d'elle. L'air soucieux qu'elle affiche ne me plaît pas.

« Tu ne l'aimes pas.
- Ce n'est pas ça. »

Elle semble chercher ses mots, hésiter même avant de finalement se tourner totalement vers moi, venir poser ses mains sur ma cuisse en plantant son regard dans le mien.

« Il est très différent de Peter. »

Et aussitôt mon corps entier se tend comme mes entrailles se tordent. La douleur doit se lire sur mes traits.

« Tu ne l'a jamais connu... »

C'est soufflé d'une voix éteinte comme j'ai pu l'être pendant de nombreux mois après sa mort à lui.

« Non, c'est vrai, mais j'ai l'impression de l'avoir connu. Tu m'as tellement parlé de lui... »

Elle esquisse un sourire tendre et bienvaillant.

« Alors j'ai l'impression de l'avoir connu et je n'ai rien contre Aiden mais...
- Justement. »

Je termine par la couper. Ce sera plus simple si je lui explique. Un soupir avant de poursuivre.

«  Physiquement il m'a plu dès le premier regard. »

Véridique. Dès le premier regard après qu'il m'ait évité de prendre une râclée alors que me battais avec deux frères d'armes qui, manque de chance, avaient eu le mot de trop le jour de la date anniversaire de la mort de Peter. Physiquement oui, il m'a plu. Après ça, nous avons discuté, échangé, appris un peu à nous connaître sans qu'il ne se passe jamais rien, même s'il y avait cette tension entre nous. Cette chose physique et inexplicable. Puis, de retour au pays, nous nous sommes revus et après une nuit passée ensemble, puis une autre, puis une autre, nous nous sommes dits mutuellement « pourquoi pas ? ». Et ce « pourquoi pas ? » a fini par s'étendre sur plusieurs semaines qui se sont transformées en deux petits mois. Et si ma sœur a du mal à me voir avec cet homme c'est pour bien des raisons. Parce qu'il est à l'opposé des hommes que j'ai pu fréquenter par le passé. A l'opposé de Peter... Et c'est ce que je dois lui expliquer.

« Mentalement... Mentalement il est très différent de Peter, oui, mais c'est justement pour ça que je suis avec lui. Je crois que... » Je déglutis. « Je crois qu'un homme comme lui est ce qu'il me faut. J'essaye juste... J'essaye juste d'avancer. »

Elle hoche la tête et vient se blottir contre moi. Je passe mes bras autour d'elle et ferme les yeux.

« Je sais grand-frère. Je sais. »

Un silence.

« Il te rend heureux ? »

Un autre silence. Est-ce qu'il me rend heureux ? Ce mot...

« Je suis moins malheureux. »

Impossible de faire mieux ni de dire mieux. Non, je ne suis pas heureux mais je suis moins malheureux. Et c'est déjà bien mieux que rien en réalité après l'enfer que j'ai traversé suite à la morte de Peter.

Bien mieux oui.

□□□

Je suis assis face à la psychiatre qui m'observe en silence. Elle tient son stylo et son carnet où elle est censée prendre des notes sauf que je ne lui donne pas matière à prendre des notes. Des jours que je viens la voir, que je prends place sur le fauteuil en face d'elle et que je m'enferme dans un silence de plomb et qu'elle attend, patiemment, que je termine par parler. Puis, la fin de la séance arrive et je m'en vais comme je suis venu : sans le moindre mot. D'ordinaire, elle ne brise jamais le silence. D'ordinaire, elle se contente d'attendre. Je ne sais pas pourquoi aujourd'hui elle décide de prendre la parole, je ne sais pas pourquoi elle décide qu'il est temps d'essayer de me pousser à parler. Peut-être a-t-elle perdu patience. Elle soupire puis sa voix s'élève.

« Vous savez, si vous voulez rester sur la base, vous allez être obligé de me parler à un moment ou à un autre.
- Peut-être que je n'ai pas envie de rester sur la base. »

Agressivité, colère : c'est mon seul moyen de défense à l'intérieur de ce bureau.

« Et pourquoi voudriez-vous partir ? »

Je ne dis rien.

« Je ne suis pas votre ennemie. Je veux juste vous aider Rick.
- M'aider ? 

Ma voix rocailleuse s'élève avec un peu plus de force cette fois alors que je me tends comme un arc sur mon fauteuil, la mâchoire crispée et les poings serrés. « Vous voulez m'aider ? Vous pouvez me guérir ma jambe ? Vous pouvez me rendre ma vie ? » Pas de réponse de sa part. « On est bien d'accord. Vous ne pouvez pas m'aider. Je viens parce qu'on m'a dit de venir, point. Attendez rien de moi. »

C'est dit. Qu'elle me foute la paix.

« Sauf que ce n'est pas moi qui attend quelque chose de vous, mais vos supérieurs. Ils veulent être certains que vous êtes en état d'enseigner.
- Ils ont qu'à me mettre dehors. Je retournerai à la vie civile, d'autres l'ont fait avant moi. »

Oh comme il est monstrueux ce mensonge parce que non, je n'ai pas du tout envie de retourner à la vie civile mais pour autant, je n'ai pas envie d'enseigner. Moi, ce que je veux c'est retourner avec mes frères et mes sœurs au combat. « Impossible » on m'a dit il y a quelques jours. Depuis, je l'ai mauvaise. Je l'ai même très mauvaise.

« Je ne vous crois pas. »

Je me ferme davantage encore parce que je sais qu'elle arrive à lire en moi et je n'aime pas ça.

« Vous voyez, cette vie, vous l'aimez. Vous n'imaginez pas qu'il soit possible d'en vivre une autre et c'est pour ça que vous pensez avoir perdu votre vie mais vous n'avez pas perdu votre vie : vous avez perdu l'usage correct de votre jambe qui rend votre vie différente mais c'est bien votre vie. 
- C'est bon. 
- Rick... 
- J'ai dit c'est bon. »

J'ai pas envie d'entendre sa théorie, j'ai pas envie d'entendre un mot de plus. Je veux rentrer chez moi et me foutre la tête dans les oreillers et dormir pour ne plus penser. 

« Non, je veux vous aider et même si vous semblez persuadé du contraire, j'en suis capable. »

Je ne dis rien.

« Vous résumez votre vie à votre jambe et c'est tout le problème. »

Je ne dis rien. Je ne dirai plus rien. Assez.

Le silence retombe une nouvelle fois, je tords mes doigts, je serre la mâchoire, je jette un œil à l'horloge accrochée au mur : le temps passe trop lentement à mon goût. Il passe cependant et j'arrive bientôt à la fin du calvaire. Je me redresse et quitte la pièce sans lui adresser un mot. Elle ne m'aide pas. Elle ne m'aide pas du tout. Finalement, aujourd'hui, la seule personne qui soit capable de m'aider c'est Aiden. Parce que lui comprend. Parce que lui sait mieux que personne ce que cela peut signifier pour moi de devoir dire adieu au terrain. Il le sait. Et c'est dans ses bras que je vais me réfugier, profitant qu'il soit encore là, conscient qu'il peut être redéployé à tout moment. C'est dans ses bras que je trouve le réconfort dont j'ai besoin et la force qui me permet de tenir encore debout. Enfin lui et la Vicodine qui contrôle les infames douleurs et dont je ne peux plus me passer. Un secret foutrement bien gardé, même vis-à-vis de celui auquel j'ai le sentiment de m'attacher de plus en plus au fil des semaines.

Peut-être n'est-ce que cela, un sentiment et rien d'autre.



God, give me grace to accept with serenity the things that cannot be changed, courage to change the things which should be changed, and the wisdom to distinguish the one from the other. Amen.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t802-coming-up-for-air-rick
avatar


Matthew Morgan
Air Force

♆ Messages : 143
♆ Feat. : Nick Gehlfuss
♆ Crédits : shiya
♆ Disponibilité RP : Indisponible

En ce moment, je papote avec :
- Cassie
- Jazz
- Logan
- Derek

MessageSujet: Re: Coming up for air || Rick   Dim 24 Juin - 20:28

Charliiiie yeux brillants Excellent choix !! Smile Bienvenue à toi et bon courage pour la fin de ta fiche Cute


    Dance Magic Dance
    code broadsword ; gif dailytorreydevitto (tumblr)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Aiden Landley
Escadron Phoenix ✈ AIR FORCE

♆ Messages : 232
♆ Feat. : Charlie Hunnam
♆ Crédits : moi même
♆ Disponibilité RP : Disponible 1/3 : RickLogan • Toi ?

MessageSujet: Re: Coming up for air || Rick   Dim 24 Juin - 20:39

Pornstache Pornstache Hystérique Hystérique Pink love Pink love Sex Sex Coeur Coeur Cute Cute La coeur La coeur Hinhin Hinhin Evil plan Evil plan youhou La heart La heart La Bed sex Bed Bed sex Lit Shower sex Calinou Fans Love hug Kisses Banane étonnée Héhé Héhé Hihi


Can you even see what you're fighting for? Blood lust and a holy war
Listen up, hear the patriot shout: "Times are changing"
In the end the choice was clear, take a shot in the face of fear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t657-runaway-fly-away-from-you-aiden


Invité
Invité


MessageSujet: Re: Coming up for air || Rick   Dim 24 Juin - 21:00

Bienvenue parmi nous Very Happy
Quel choix d'avatar, j'en suis fan yeux brillants
Bon courage pour la suite de ta fiche ! o/
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Sara Howe

♆ Messages : 760
♆ Feat. : Amber Heard
♆ Crédits : Avatar : Luiyna, Signa : Solosand (code), Gifs : Luiyna + ambrewgarheard + Silverwolf Design
♆ Disponibilité RP : Disponible

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Coming up for air || Rick   Dim 24 Juin - 21:30

Hi ! Bienvenue parmi nous ! Et bon courage pour la suite de ta fiche Smile


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t641-
avatar


Rick Miller

♆ Messages : 29
♆ Feat. : Charlie Weber
♆ Crédits : BereniceWCL (avatar) - marlosrph (gifs) - Wiise (code signature)

MessageSujet: Re: Coming up for air || Rick   Dim 24 Juin - 21:35

@Matthew Morgan @Madilyn A. Fitzgerald @Sara Howe
Merci à vous trois yeux brillants La coeur Ravie que l'avatar vous plaise Cute :3

@Aiden Landley BG smile BG smile BG smile Hinhin Hinhin Hinhin Cool Cool Cool Hahahahahahaha Hahahahahahaha Hahahahahahaha Bed sex Bed sex Bed sex Bed sex Bed sex Bed sex Bed sex Bed sex Bed sex


God, give me grace to accept with serenity the things that cannot be changed, courage to change the things which should be changed, and the wisdom to distinguish the one from the other. Amen.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t802-coming-up-for-air-rick
avatar


Toby M. Murray
Escadron Phoenix ✈ AIR FORCE

♆ Messages : 138
♆ Feat. : Max Riemelt
♆ Crédits : avengedinchains

MessageSujet: Re: Coming up for air || Rick   Dim 24 Juin - 21:39

Welcoooooooome ♥️♥️

Comme tout le monde j'approuve à fond ce choix d'avatar, et ce perso a l'air bien intéressant j'ai hâte de lire l'histoire! Smile

Bon courage cheerleader Rainbow Ola


this place was a shelter


Though I'm weak and beaten down; I'll slip away into the sound. The ghost of you is close to me. I'm inside out, you're underneath.

I'm a goner. Somebody catch my breath             
(c) FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t313-toby-young-and-menace
avatar


Rick Miller

♆ Messages : 29
♆ Feat. : Charlie Weber
♆ Crédits : BereniceWCL (avatar) - marlosrph (gifs) - Wiise (code signature)

MessageSujet: Re: Coming up for air || Rick   Dim 24 Juin - 21:45

@Toby M. Murray OH DEAR LORD. Ton avatar. OH DEAR LORD. Et puis le gif de la signature Sad Freier Fall POWAAA Haaaaaaaaaaaaaa Vivement le 2. Puis ton gif de profil, tu joues avec mes nerfs là aussi...
PARDON. Tu m'as perdue.
Donc merci à toi et l'histoire arrive là, sous peu, mais je me suis étalée alors bon courage si tu veux lire, j'avoue j'ai abusé Hide


God, give me grace to accept with serenity the things that cannot be changed, courage to change the things which should be changed, and the wisdom to distinguish the one from the other. Amen.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t802-coming-up-for-air-rick
avatar


Toby M. Murray
Escadron Phoenix ✈ AIR FORCE

♆ Messages : 138
♆ Feat. : Max Riemelt
♆ Crédits : avengedinchains

MessageSujet: Re: Coming up for air || Rick   Dim 24 Juin - 21:49

OMG quelqu'un qui connaît freier fall ouiiiiiiiiiiiiiii ♥️♥️♥️♥️ Hystérique Hystérique Hystérique Hystérique J'ai tellement hâte au 2 aussi!

(pour te rassurer je joue avec mes propres nerfs hahahaha)

Haha t'inquiète pas pour la longueur, je suis une adepte des longues fiches xD (et oui j'ai lu =))

♥️


this place was a shelter


Though I'm weak and beaten down; I'll slip away into the sound. The ghost of you is close to me. I'm inside out, you're underneath.

I'm a goner. Somebody catch my breath             
(c) FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t313-toby-young-and-menace
avatar


Rick Miller

♆ Messages : 29
♆ Feat. : Charlie Weber
♆ Crédits : BereniceWCL (avatar) - marlosrph (gifs) - Wiise (code signature)

MessageSujet: Re: Coming up for air || Rick   Dim 24 Juin - 21:52

@Toby M. Murray Freier Fall c'est la vie Crazy J'ai pleuré toutes les larmes de mon corps à la fin tellement je voulais une suite alors même si c'est dans deux ans M'EN FOUS. J'attendrai. Russe Russe Russe
Puis si tu veux lire fais-toi zizir, c'est postey Siffle


God, give me grace to accept with serenity the things that cannot be changed, courage to change the things which should be changed, and the wisdom to distinguish the one from the other. Amen.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t802-coming-up-for-air-rick
avatar


Aiden Landley
Escadron Phoenix ✈ AIR FORCE

♆ Messages : 232
♆ Feat. : Charlie Hunnam
♆ Crédits : moi même
♆ Disponibilité RP : Disponible 1/3 : RickLogan • Toi ?

MessageSujet: Re: Coming up for air || Rick   Lun 25 Juin - 11:09


Bravo Invitétu fais à présent partie des ARMY ! Drapeau USA

Sans surprise, ta fiche est une perle je Tombe Tombe

Si tout a été fait correctement tout a été recensé, mais n'hésite pas à vérifier que ton avatar, ton prénom & ton nom, ainsi que ton métier ont bien été noté. Vi vi L'erreur est humaine et aux dernières nouvelles le staff est humain, alors on n'est à l'abri de rien ! Fou  

Il est à présent grand temps de faire ta fiche de liens et de RPs, Héhé n'hésite pas à aller sur les fiches des autres membres pour demander des liens et/ou des RPs d'ailleurs Hinhin Tu peux également proposer des idées de liens avec nos prédéfinis. Innocent Tu trouveras toutes les infos sur comment faire ici. Hehe

Si jamais tu as besoin d'un partenaire très important pour ton personnage tu peux toujours en faire un scénario ou un pré-lien dans cette partie. Cute Tu pourras lire les bonnes pratiques du scénario et du pré-lien par là. Coeur

Pour faire connaissance avec les autres membres nous t'invitons à venir flooder avec nous ! What a Face Que ce soit au Bac à Sable pour les jeux en tout genre ou au Parloir pour papoter plus librement. Hystérique

Au cas où ta vie IRL prendrait trop de place n'oublie pas de venir nous prévenir dans les Absences.  Please

Le Staff reste à ta disposition si tu as besoin de quoique ce soit. Huhu

Et surtout... AMUSE TOI BIEN ! cheerleader

Le Staff de Never-Fall


Can you even see what you're fighting for? Blood lust and a holy war
Listen up, hear the patriot shout: "Times are changing"
In the end the choice was clear, take a shot in the face of fear
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t657-runaway-fly-away-from-you-aiden


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Coming up for air || Rick   

Revenir en haut Aller en bas
 
Coming up for air || Rick
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rick Roll de la nouvelle star !
» Obama;Change is coming to america
» Rick Nash fait ses bagages!
» Rick Perry vs Barack Obama
» Rick DiPietro G UFA 30 4500000 0 B B B B B B B- B- B- B- C B- B B B-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
We Will Never Fall :: Never Fall's Office :: Introduce yourself :: They pass !-
Sauter vers: