Rejoignez-nous sur le tchat Discord du forum ! Cliquez ici !

Partagez | 
 

 Death doesn't let you say goodbye. | Sara [for now]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


Toby M. Murray
Escadron Phoenix ✈ AIR FORCE

♆ Messages : 162
♆ Feat. : Max Riemelt
♆ Crédits : blue walrus

MessageSujet: Death doesn't let you say goodbye. | Sara [for now]   Ven 6 Juil - 1:19

Death doesn't let you say goodbye
It just carves holes in your life, in your future, in your heart.


PARTIE UNE


    Le silence est assourdissant.

Toby est assis en tailleur sur le carrelage froid au beau milieu de la cuisine. Devant lui, l’intégralité de leur service de table, éparpillé sur le sol. Il lance un regard éteint sur une feuille de papier posée à terre où les nombres se pressent les uns à côté des autres, l’écriture emportée et frénétique. Ils possèdent 12 couteaux, 11 fourchettes, 20 assiettes, 14 verres. Mais seulement 3 cuillères. Toby lui a pourtant dit qu’ils devaient acheter plus de cuillères. Elles étaient toujours sales quand il en avait besoin. Jamie lui rétorque toujours avec malice qu’ils en achèteront d’autres le jour ou Toby apprendra à faire la vaisselle juste après avoir mangé. Mais Toby déteste faire la vaisselle juste après avoir mangé. C’est chiant. Il veut juste être posé tranquille. Puis de toute façon, Jamie finit toujours par la faire.

Il ne se rappelle plus la dernière fois où il a dormi même un peu. Les cernes marquant ses yeux sont violacées. Il a bien trop peur de fermer les yeux. Parce que derrière ses paupières closes, la même scène se déroule en boucle. Il était encore tôt, du moins pour lui. C’était son jour de congé et il comptait bien traîner au lit devant Netflix avec un bol de céréales toute la matinée. Mais pourtant, la sonnette de la porte d’entrée l’a tiré du lit, et c’est encore endormi qu’il a ouvert la porte. C’est sans doute parce qu’il n’était pas encore bien réveillé qu’il n’a pas fait le rapprochement aussitôt. Devant le haut gradé planté sur le seuil de sa porte, il s’est aussitôt mis au garde à vous. Ce n’est que lorsque l’officier l’a mis au repos et a ôté son béret qu’il a compris que quelque chose n’allait pas. Les mots qu’il a prononcé se répètent inlassablement dans son esprit avec une exactitude effroyable. Il se souvient l’avoir fixé sans dire un seul mot, sans répondre quoique ce soit. Il se souvient se contenter de fermer la porte. Il se souvient de cette impression de se noyer alors que d’un pas lent il est reparti dans leur chambre à coucher. Il se souvient s’être assis sur le lit du côté de Jamie, et d’avoir glissé une main sur son oreiller. Il se souvient de chaque battement de son coeur martelant d’une douleur inouïe sa cage thoracique, de ce rythme cardiaque résonnant à ses tempes. Il se souvient avoir porté l’oreiller à son visage. Avoir inspiré et l’odeur de Jamie le submergeant, s’être cramponné à cet oreiller avec violence, la tension dans chacun de ses muscles. Et puis finalement, il se souvient avoir hurlé, chaque muscle tendu à l’extrême - était-ce réel ou était-ce un hurlement silencieux? Il ne sait plus. Après ça, il ne se souvient pas de grand chose, juste d’être entré dans un état second, spectateur impuissant de la terreur envahissant leur belle petite maison de banlieue. Avec une cheminée, et un jardin, où bientôt peut être viendra chahuter leur chien - Il a envie qu'ils adoptent un chien.
Quand il a repris ses esprits, il s’est laissé choir au beau milieu des débris de verre et de leurs possessions disséminées au sol, le souffle court et les poings douloureux.


    Il ne peut y croire.


    Disparu. Mais il va forcément lui revenir.


    Présumé mort. ça ne veut rien dire, présumé mort.


Il semble sortir de son mutisme en sursaut, et se relève brusquement avant de tout remettre en ordre dans la cuisine, rangeant consciencieusement tous les ustensiles de cuisine à leur place désignée par Jamie, le geste urgent de quelqu’un qui semble par tous les moyens éviter quelque chose qui le pourchasse. Son inventaire de la cuisine est terminée, les couverts, assiettes et verres comme tout ce qu’il a pu trouver dans chaque placard, soigneusement retranscrit sur sa feuille de papier. Il lance un dernier coup d’oeil à la pièce, s’assurant qu’elle soit aussi immaculée que Jamie l’aurait laissée s’il l’avait nettoyé, avant de passer au salon.

De temps à autre, il y a des gens qui viennent toquer à sa porte. La plupart du temps, il reste parfaitement silencieux, espérant qu’ils fuient. Parfois, ça marche. Parfois non, et il est obligé de leur ouvrir la porte. Mais il n’écoute pas un traître mot de ce qu’on lui dit et se mure dans son silence salvateur. Les seuls fois où il ouvre la bouche, c’est pour affirmer d’un ton sec qu’il va bien et demander à ceux qui se sont invités chez eux de prendre la porte.


    Il n’a pas remis les pieds dans la chambre à coucher.



code by black arrow


this place was a shelter


Though I'm weak and beaten down; I'll slip away into the sound. The ghost of you is close to me. I'm inside out, you're underneath.

I'm a goner. Somebody catch my breath             
(c) FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t313-toby-young-and-menace
avatar


Toby M. Murray
Escadron Phoenix ✈ AIR FORCE

♆ Messages : 162
♆ Feat. : Max Riemelt
♆ Crédits : blue walrus

MessageSujet: Re: Death doesn't let you say goodbye. | Sara [for now]   Sam 7 Juil - 19:19

Death doesn't let you say goodbye
It just carves holes in your life, in your future, in your heart.


PARTIE DEUX


Believe me I'm fine
But I'm lying
I'm so very far from fine


Jamie éclate de rire alors qu’ils atterrissent sur le lit, Toby rabattant le drap sur eux avec un sourire espiègle aux lèvres et le regard brillant. Son sourire s’efface alors que l’un comme l’autre reprennent leur souffle. Jamie a des soubresauts de rire comme à chaque fois qu’il essaie de reprendre son sérieux mais que l’allégresse n’est toujours pas loin. Son sourire dévoile le petit creux sur sa joue que Toby connaît si bien et adore; et ses yeux se plissent toujours sous son rire. Et comme à chaque fois, ça lui fait quelque chose dans le bide. Il se penche au dessus de lui, glisse son pouce le long de sa mâchoire alors qu’il capture ses lèvres, fermant aussitôt les yeux. D’abord chaste, le baiser s’intensifie rapidement alors que les mains de Jamie se glissent sous son pull. Les lèvres de Toby s’étirent dans un sourire dans le baiser. “Je vois qu’on est pressé” souffle-t-il amusé alors que son amant tire aussitôt sur ses habits. Jamie le fait aussitôt taire d’un autre baiser, retournant la situation à son avantage en se retrouvant au dessus de lui. “Comme si tu n’avais pas fait exprès de m’allumer toute la soirée” rétorque-t-il finalement entre deux baisers urgents, faussement outré. “J’attends toujours.” lance-t-il pour toute réponse, le souffle court. Toute sa vie, Toby a manqué cruellement d’une famille, d’un endroit qu’il pourrait considérer comme chez lui. Home. Il n’a jamais été capable de concevoir un futur où il trouvait sa place… jusqu’à ce qu’il le rencontre, Jamie. En parfaite symbiose, leurs corps se trouvent, s’unissent et s’épousent comme ils savent si bien le faire, avec assurance, délicatesse et passion dévorante à la fois. Il n’y a rien de plus précieux et de plus sacré pour Toby que lorsque Jamie le fait sien.

C’est dans un sursaut qu’il se réveille. Hagard, négligé, sale, il se redresse légèrement, le souvenir encore vif dans son esprit des coups de rein enflammés et merveilleux de son amant. Il baisse les yeux sur son entrejambe et c’est un sanglot étranglé qui lui échappe alors qu’il laisse retomber sa tête sur l’accoudoir, ses mains venant couvrir son visage usé. “Non…” Une supplique proférée dans un souffle, presque silencieuse, craintive de trop en signifier. Il a l’estomac qui se retourne et une ignoble envie de déverser ses tripes. Allongé de tout son long sur le canapé, ses pieds sont posés sur la table basse jonchée de paquets de cigarettes vides et de mégots écrasés dans des cendriers plein à craquer. Il donne un bien pauvre spectacle. Sa respiration est laborieuse alors qu’il s’efforce d’inspirer et d’expirer longuement, comptant dans sa tête et repoussant les mots du haut gradé de toute ses forces hors de son esprit avant qu’ils ne s’imposent. Il ne pleure pas. Il n’a pas pleuré depuis sa crise de rage initiale. Son subconscient le refuse. Pourquoi pleurer si ce n’est pour accepter la vérité.

Vivre dans le mensonge est beaucoup plus salvateur.

Il sent qu’il commence légèrement à étouffer alors que l’anxiété lui serre la gorge. Il prend une longue inspiration et se lève rapidement, sortant de la maison dans la nuit noire, se mettant à courir comme s’il avait le feu aux trousses - ou plutôt l’abominable vérité. Misérable endeuillé courant dans le quartier jusqu’à ce que ses poumons le brûlent et ses muscles le tirent. Il finit par faire demi tour alors que l’obscurité de la nuit commence tout juste à disparaître pour la délicatesse de l’aube d’un nouveau jour. Les oiseaux commencent à piailler. Le visage de Toby a repris sa neutralité alors que ses pas le ramènent jusqu’à chez eux. Dans le salon, il range tout ce qui traîne de nouveau - il ne sait pas combien de fois il l’a fait au cours des derniers jours - à vrai dire, il ne sait pas combien de jours sont passés. Il a perdu la notion du temps.

Mais il lui faut rester occupé. Excepté la chambre à coucher, il range et nettoie la maison de fond en comble continuellement. Il a rangé tous les livres de leur bibliothèque par ordre alphabétique ainsi que leurs DVDs et Blu-rays. Mis en ordre tout leur garage où trônaient des boîtes en carton dans tous les coins. Il a enfin réparé leur meuble à chaussures, abîmé depuis des mois; et ciré toutes leurs chaussures. Il est allé acheté de la peinture et a repeint les toilettes et leur table de jardin. Il a aussi acheté une nouvelle boîte aux lettres. Il a passé la tondeuse dans le jardin et taillé les rosiers et leur haie. Il y a deux choses auxquelles il n’accorde pas son attention, excepté la chambre: lui-même, et les mégots de cigarette qui trainent partout dans la maison; provocation évidente envers Jamie qui ne supporte pas qu’il fume, encore moins qu’il fume à l’intérieur. Comme si Toby espérait inconsciemment que cet enfantillage pousse Jamie à débarquer du jour au lendemain pour lui crier dessus.

Il ne demande pas grand chose.



code by black arrow


this place was a shelter


Though I'm weak and beaten down; I'll slip away into the sound. The ghost of you is close to me. I'm inside out, you're underneath.

I'm a goner. Somebody catch my breath             
(c) FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t313-toby-young-and-menace
avatar


Sara Howe

♆ Messages : 953
♆ Feat. : Amber Heard
♆ Crédits : Avatar : Luiyna, Signa : Solosand (code), Gifs : Luiyna + ambrewgarheard + Silverwolf Design
♆ Disponibilité RP : Disponible

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Death doesn't let you say goodbye. | Sara [for now]   Mar 31 Juil - 3:01

Death doesn't let you say goodbye
It just carves holes in your life, in your future, in your heart.
Cela faisait quelques jours que vous aviez appris la terrible nouvelle. Jamie avait disparu lors d’une mission et avait été considéré mort après plusieurs jours sans nouvelles. Il avait d’abord été une rencontre à l’hôpital, avant de devenir un ami que tu avais décidé d’aider en le prenant comme patient. Apprendre sa mort t’a énormément touché mais, tu le sais, bien moins que cela n’a affecté Toby.
Tu essayes d’être là pour ton ami, mais c’est difficile, Toby ne te laisse pas l’aider, il ne laisse pas vraiment qui que ce soit l’aider… Il semble toujours refuser l’idée que Jamie ne reviendra pas. Tu comprends pourquoi, il n’y a pas de corps, pas de véritable preuve que l’amour de sa vie n’est plus. Si tu n’as pas eu le malheur encore de vivre la mort d’un être cher, tu as déjà vécu le deuil de bien des façons. Des deuils différents, mais des deuils tout de même dans la manière de gérer ces pertes.

Aujourd’hui a lieu l’enterrement plus tard dans la journée. Tu ne sais pas si Toby a déjà de la famille ou des proches pour l’accompagner alors tu lui envoie un message.
Je ne sais pas si tu as déjà quelqu’un pour t’épauler dans cette épreuve, mais si tu en ressens le besoin je peux t’accompagner cet après-midi, Frederik y sera aussi.
Je te présente encore une fois mes condoléances Toby.

En vérité tu n’attends pas vraiment la réponse du mécanicien, ton inquiétude pour lui prend le pas sur la patience que tu devrais lui accorder. Tu décides donc te rendre chez le militaire, laissant ton frère finir de se préparer seul, tandis que la baby-sitter est déjà venue récupérer ton fils, il est trop jeune encore pour que tu l’emmènes à ce genre de cérémonie militaire.

Il ne te faut pas bien longtemps pour arriver chez le militaire puisque vous vivez tous deux dans le même quartier de Lynnhaven. Tu toques à la porte, sans obtenir de réponse dans un premier temps. « Toby c’est moi, Sara. Ouvre s’il te plait… » demandes-tu à cette porte close. Tu en profites pour observer autour de toi, tu n’as jamais vu un jardin aussi parfaitement entretenu, de manière presque maniaque, effréné et cela t’inquiète car tu te doutes que ce fait est du mécanicien. « Toby… je sais que tu es là… Tu ne vas pas me laisser à la porte avec Sam’ ? J’ai l’impression qu’il va se mettre à pleuvoir en plus… » ajoutes-tu dans une supplique et avec un petit mensonge en prime, tu sais qu’à ta manière de te tenir et des points d’observation qu’il pourrait avoir il ne peut pas voir si Sam’ est effectivement ou non sur tes genoux. C’est vil et malhonnête mais tout ce que tu veux c’est qu’il t’ouvre, pour ça tu es prête à user de la corde sensible et mentir s’il le faut. Puis… pour ce qui est de la météo tu n’es pas forcément si loin que ça de la vérité, le temps semble se couvrir comme si lui aussi portait le deuil du pilote d’hélicoptère.

code by black arrow


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t641-
avatar


Toby M. Murray
Escadron Phoenix ✈ AIR FORCE

♆ Messages : 162
♆ Feat. : Max Riemelt
♆ Crédits : blue walrus

MessageSujet: Re: Death doesn't let you say goodbye. | Sara [for now]   Mar 7 Aoû - 19:44

Death doesn't let you say goodbye
It just carves holes in your life, in your future, in your heart.



Jamie n’a pas débarqué pour lui crier dessus parce qu’il fume dans la maison.

Affalé sur le canapé, Toby exhale régulièrement, contemplant d’un regard vide la fumée de sa cigarette se dissiper dans l’air ambiant. Ses yeux sont vitreux, ses cernes marquées et violacées. Il a une tête à faire peur, pour dire les choses simplement. Parfois, il ferme les yeux, et compte dans sa tête. Mais ça ne dure jamais très longtemps. Le fait de fermer les paupières l’angoisse bien trop, et cherche à lui faire confronter sa peine, et il est tout bonnement incapable de le faire. Il est incapable de réfléchir. Tout son corps semble engourdi, vide d’énergie. Il a l’impression d’être complètement apathique, paralysé, anesthésié; comme si son cerveau avait compris qu’il ne pourrait supporter de prendre conscience de la vérité - de l’assumer, de  réaliser, vraiment. L’alcool aide aussi. Les bouteilles vides et mégots se sont accumulés sur la table basse, même si le reste de l’appartement est immaculé. Mais ce matin là, Toby est étonnamment sobre. Et dans son esprit, c’est le néant.

C’est le vibreur de son téléphone qui le sort de sa léthargie. Il cligne des yeux, baisse la tête et lance un coup d’oeil s’apprêtant à supprimer le message de condoléance d’une personne qu’il connaît sans doute à peine  sans même l’avoir vraiment lu. Mais non. C'est Sara. La jeune femme a fait de son mieux pour l’épauler, mais Toby est complètement hermétique aux efforts de tous ses amis. Prenant connaissance du sms, il fronce les sourcils. Il vérifie la date du jour. Ses doigts tressautent, et il éteint la chaîne hi fi qui passe et repasse le rap nerveux d’Eminem depuis des heures avant d’écraser sa cigarette entamée sur le verre de la table basse. Il pose ses coudes sur ses genoux, ferme les yeux, place les paumes de ses mains sur ces derniers puis fait pression, fort, longtemps, jusqu’à ce que les formes abstraites se dessinent derrière ses paupières closes, la respiration rapide. Comme lorsqu’il était gamin et qu’il voulait s’échapper de chez lui quand son ordure de père hurlait et frappait sa mère et qu’il était terrifié pour elle, pour Joshua, pour lui-même. Et puis quand ça devient trop douloureux, il relâche tout, laisse ses paupières se soulever. Il ne voit plus rien pendant un moment, et les points blancs et noirs semblent danser tout autour de lui.

Il ne sait pas combien de temps est passé - trop peu - quand il entend toquer à la porte. Comme à l’accoutumée, il l’ignore royalement. Il reconnaît la voix de Sara. Pourquoi a-t-il fallu qu’elle vienne jusqu’ici?! Il n’est pas d’humeur. Mais il suffit que son amie mentionne Sam pour que Toby sente ses résistances s’effondrer. Il soupire et finit par se lever, sortant son briquet il rallume sa cigarette avant d’aller ouvrir la porte. Son regard s’assombrit quand il réalise qu’il a été dupé. Il reste immobile quelques secondes, soupire puis s’efface. “Entre.” Il ne veut pas la laisser sous la pluie si cette dernière se décide à tomber. “Tu veux un verre d’eau?.... Vodka, Whiskey?” Il ajoute après quelques secondes. C’est tout ce qu’il lui reste. Il n’a pas vraiment entre deux. “Tout va bien?... Comment va Sam?” Dans le déni - complètement.

code by black arrow


this place was a shelter


Though I'm weak and beaten down; I'll slip away into the sound. The ghost of you is close to me. I'm inside out, you're underneath.

I'm a goner. Somebody catch my breath             
(c) FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t313-toby-young-and-menace
avatar


Sara Howe

♆ Messages : 953
♆ Feat. : Amber Heard
♆ Crédits : Avatar : Luiyna, Signa : Solosand (code), Gifs : Luiyna + ambrewgarheard + Silverwolf Design
♆ Disponibilité RP : Disponible

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Death doesn't let you say goodbye. | Sara [for now]   Jeu 16 Aoû - 23:06

Death doesn't let you say goodbye
It just carves holes in your life, in your future, in your heart.
La porte finit par s’ouvrir sur l’ombre de celui qu’était Toby. Tu sais ce que le deuil peut faire à une personne. Toi-même tu n’avais pas été dans ta meilleure forme après que Nate t’ait quitté, et il n’était pas mort… Tu n’osais pas imaginer la douleur que devait endurer le militaire. Tu lui fais une petite moue navrée, t’excusant pour le petit mensonge dont tu avais usé pour le faire ouvrir. Tu savais qu’il ne pourrait pas supporter l’idée de Sam’ dans le froid. Personne ne pouvait résister à ton fils.
Tu t’attendais à ce qu’il te hurle dessus avant de te fermer la porte au nez, pourtant il s’écarte et te laisse entrer. « Merci. » souffles-tu en entrant à son invitation. Tu hausses un sourcil circonspect, ne lui reste-t-il vraiment que de l’eau ou de l’alcool ? Il ne te semble pourtant pas ivre, pas encore en tout cas… « Un verre d’eau ira très bien. » réponds-tu en hochant la tête pour le remercier d’avoir proposé.
Tu soupires à sa demande. « Je vais bien, Toby, et Sam’ aussi, il est chez sa baby-sitter. » lui réponds-tu néanmoins, tes lèvres s’étirant en un sourire bienveillant. Tu te mordilles légèrement la lèvre, hésitant un peu à lui retourner la question. « Comment tu vas, toi ? » demandes-tu finalement, n’y tenant plus. « Et pas de mensonges… » te sens-tu obligé de préciser en lui lançant l’un de ses regards que tu lançais parfois à ton fils pour lui ôter l’idée de faire la moindre bêtise.

Tu en as bien idée cela dit… avec l’enterrement dans quelques heures à peine, il doit être dévasté. Tu le sais, toi aussi tu souffres et Jamie n’était que ton ami. Tu as envie de le prendre dans tes bras, mais c’est compliqué depuis ton fauteuil… tu pourrais éventuellement lui serrer les jambes… mais ça serait un peu ridicule. « Est-ce que… est-ce que tu as quelqu’un pour t’accompagner tout à l’heure ? » lui demandes-tu d’une toute petite voix, craignant que le dire plus fort ne fasse qu’ajouter à la gravité de la situation. Tu veux être là pour lui, tu sais qu’il mérite d’être entourer par des personnes qui l’aiment pour cette épreuve difficile et ses camarades militaires ne sont pas forcément le meilleur choix… c’est l’armée qui lui a pris l’homme qu’il aime. C’est l’armée qui a rendu leur relation si compliquée, si difficile… Connaissant Toby tu doutes même qu’il compte y aller en uniforme et tu ne peux pas vraiment l’en blâmer. Néanmoins… ses supérieurs pourraient ne pas apprécier, mais ils pourront toujours essayer de lui reprocher ça si tu te tiens à ses côtés, tu leur rouleras sur les pieds.

code by black arrow


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t641-
avatar


Toby M. Murray
Escadron Phoenix ✈ AIR FORCE

♆ Messages : 162
♆ Feat. : Max Riemelt
♆ Crédits : blue walrus

MessageSujet: Re: Death doesn't let you say goodbye. | Sara [for now]   Ven 17 Aoû - 20:30

Death doesn't let you say goodbye
It just carves holes in your life, in your future, in your heart.


Il a hésité à lui hurler dessus. Mais pour honnête, il n’en a pas la force. Il n’est qu’une enveloppe vide. Il est las. Son corps fonctionne sans son accord et son esprit, lui, est à l’arrêt. Il ne peut plus penser. Il ne veut plus penser. Chaque seconde est une épreuve. Il évite de dormir car se réveiller est à chaque fois intolérable. Il se laisse flotter dans une transe bienfaitrice de dénégation - mais il en faudrait si peu pour qu’il s’écroule. Boule de nerf sur le point d’exploser, il lui tend un verre d’eau sans un mot avant de tirer une latte de sa cigarette, exhalant lentement alors qu’elle répond à sa question. Cool. Il est content de savoir que Sam va bien. Il adore le gamin... Jamie adore le gamin. Il cligne des yeux et s’affaire en ouvrant les placards, se mettant à ranger ce qui est déjà rangé, de façon presque convulsive. Il a envie de hurler à cette question. Il a envie qu’on le laisse tranquille. Il veut qu’on arrête de lui demander comment il va. “Je vais bien.” La voix est mécanique presque automatique, la réponse venant sans même qu’il y réfléchisse deux secondes. Elle lui demande pas de mensonges, mais encore faudrait-il que Toby puisse prendre conscience de ce qu’il ressent. Encore faudrait-il qu’il soit capable de mettre des mots pour décrire le trou béant dans sa poitrine, comme un trou noir qui l'étoufferait peu à peu, jusqu’à l’engloutir complètement. A vrai dire, il n’attend que ça.

Il a vidé tout le contenu d’une étagère du placard et s’est armé de désinfectant et d’une éponge pour nettoyer l’intérieur. Ses gestes sont mécaniques - il les a tant fait ces derniers jours que ses mains commencent à en être abîmées. La cigarette aux lèvres, il en exhale régulièrement la fumée. A la question de Sarah, il tressaille mais ne s’arrête pas une seule seconde - frottant un peu plus fort sur cette tâche impossible à nettoyer. De quoi elle parle? Il sait très bien de quoi elle parle mais son esprit tire la sonnette d’alarme. “Ah ça; j’y vais pas’ répond-t-il simplement sans la regarder. “Désolé que t’ais dû faire le chemin pour rien.” continue-t-il laconiquement en rinçant l’éponge, essuyant l’étagère avant de tout remettre en place au millimètre près. Il finit sa cigarette et écrase le mégot dans le cendrier à sa portée avant de sortir une nouvelle clope de son paquet et de l’allumer - automatisme.


code by black arrow


this place was a shelter


Though I'm weak and beaten down; I'll slip away into the sound. The ghost of you is close to me. I'm inside out, you're underneath.

I'm a goner. Somebody catch my breath             
(c) FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t313-toby-young-and-menace
avatar


Sara Howe

♆ Messages : 953
♆ Feat. : Amber Heard
♆ Crédits : Avatar : Luiyna, Signa : Solosand (code), Gifs : Luiyna + ambrewgarheard + Silverwolf Design
♆ Disponibilité RP : Disponible

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Death doesn't let you say goodbye. | Sara [for now]   Ven 24 Aoû - 20:50

Death doesn't let you say goodbye
It just carves holes in your life, in your future, in your heart.
Tu prends le verre qu’il te tend sans un mot, et en bois quelques gorgées. Tu l’observes se mettre à ranger des placards déjà parfaitement bien rangés. Tu as envie de l’arrêter tant ça te brise le cœur de le voir ainsi. Finalement peut-être aurais-tu dû amener Sam’… Il aurait peut-être réussi à l’atteindre mieux que toi.
Tu soupires quand il te répond qu’il va bien d’une voix qui contredit totalement ses mots. C’est évident qu’il ne va pas bien, qu’il s’est forgé une routine pour ne plus penser, pour se dissocier de lui-même, de son deuil. Tu te rappelles que le ménage avait toujours été un truc de Jamie… qui se plaignait très souvent du côté bordélique de Toby.

Tes yeux s’agrandissent quand le mécanicien t’affirme avec aplomb qu’il n’ira pas à l’enterrement, s’excusant même que tu te sois déplacée pour rien. « Toby… » soupires-tu tristement. « Tu dois y aller… pour toi, pour Jamie aussi… » lui affirmes-tu, d’un ton ferme et convaincu, habituée que tu commences à être avec tous les patients que tu vois, luttant avec leur deuil. « Tu le regretteras si tu n’y vas pas, crois-moi… » ajoutes-tu en connaissance de cause. Il y en avait eu des patients qui ne s’était pas rendu pour un dernier hommage à leur proche, et aujourd’hui encore ils s’en mordaient les doigts et avaient lutté longtemps pour réussir à faire leur deuil.

Tu te rapproches de l’endroit où il se tient. « Je sais que c’est douloureux, je sais que tu refuses de l’accepter, que c’est bien plus difficile pour toi que pour n’importe qui ayant connu et aimer Jamie, mais il ne voudrait pas te voir comme ça. Il ne voudrait pas que tu te renfermes sur toi-même, repoussant tous les amis qui essayent de t’aider. » monologues-tu d’un ton doux avec cette pointe d’autorité que seules les mamans savent exprimer. « Il nous manque à tous tu sais… » souffles-tu avec tristesse, toi aussi tu aimais beaucoup le pilote, ton fils aussi l’adorait – même si lui a encore un peu mal avec le concept de la mort.

Ce que tu ne dis pas, car tu sais que ce ne serait pas un argument qui aiderait le mécanicien à venir, c’est qu’il risquerait probablement la cour martiale s’il ne venait pas. L’enterrement de Jamie se fait sous les honneurs militaires, avec toute la base et les proches. Si Toby ne venait pas… ce serait très mal vu par ses supérieurs et il risquerait gros. Tu sais que la relation du mécanicien avec la hiérarchie et l’armée en général a toujours été conflictuelle, alors tu es à peu près certaine que cet argument le braquerait définitivement. Tu devrais réussir à limiter les pots cassés si quelqu’un venait l’ennuyer sur l’absence de son uniforme, mais pour ce qui serait de son absence… personne ne réussirait à lui éviter la cour martiale. Or Jamie n’aurait jamais voulu ça pour Toby. Depuis qu’ils s’étaient retrouvés il voulait à tout prix son bonheur et son bien-être. Tu t’étais fait une mission de protéger le mécanicien autant que possible, de lui-même s’il le fallait.

code by black arrow


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t641-
avatar


Toby M. Murray
Escadron Phoenix ✈ AIR FORCE

♆ Messages : 162
♆ Feat. : Max Riemelt
♆ Crédits : blue walrus

MessageSujet: Re: Death doesn't let you say goodbye. | Sara [for now]   Lun 27 Aoû - 17:10

Death doesn't let you say goodbye
It just carves holes in your life, in your future, in your heart.

Toby ne pouvait pas vivre comme ça. C’était évident. Il ne faisait que prétendre que tout ça n’était pas arrivé, et un jour la bulle précaire et vacillante qu’il avait érigé tout autour de lui allait exploser. Et Toby ne voulait pas le reconnaître, ne voulait pas l’accepter, en repoussait l’échéance encore et encore. Au fond de lui, il savait pertinemment que se rendre aux obsèques signifiait tirer un trait sur le mensonge qu’il entretenait depuis la nouvelle. Il savait pertinemment que son esprit ne parviendrait pas à le préserver davantage s’il devait se retrouver immobile, sans pouvoir s’occuper l’esprit, au beau milieu d’une meute de militaires, à devoir écouter un éloge funèbre dégoulinant de bons sentiments.

Sur les nerfs, Toby tira une nouvelle latte de sa cigarette. Aux mots de son amie, il éclata d’un rire sans joie et plein de sarcasmes. C’était bien la dernière chose qu’il regretterait. Il regrettait d’avoir rompu avec Jamie alors que leurs jours étaient comptés. Il regrettait avoir vendu son âme au Diable en s’engageant dans une armée qu’il avait toujours abhorré, juste pour Jamie. Il regrettait avoir accepté de continuer cette relation naissante avec Jamie alors qu'après trois mois il apprenait que son amant lui avait menti sur son métier. Il regrettait ne pas avoir été auprès de Jamie ce jour-là où on l’arracha à lui. Il regrettait s’être donné corps et âme juste pour qu’une fois de plus, on l’abandonne. Appuyé sur le plan de travail, il ne dit rien, l’angoisse s’installant de plus en plus comme à chaque fois qu’il laissait un de ses amis rester un peu trop longtemps.

Il n’avait qu’à y penser avant s’il ne voulait pas me voir comme ça j’en ai rien à foutre de ce qu’il peut penser.” Sa voix claqua soudainement dans la cuisine alors que la jeune femme finissait son monologue censé lui faire entendre raison. Egoïste et totalement injuste, il l’était clairement, mais c’était beaucoup plus simple d’être en colère. Ses yeux le brûlaient sous la fatigue - et uniquement sous la fatigue, l’émotion emmagasinée et retenue derrière ses paupières ces derniers jours n’ayant absolument aucun impact -  et il avait envie de hurler. Il avait juste peur de ne pas pouvoir s’arrêter s’il commençait. Et elle qui le regardait avec tant de compassion, ça ne le mettait que davantage en colère. Il n’avait pas besoin de compassion ou de pitié, il avait juste besoin que Jamie lui revienne. “Qu’est ce que tu veux que j’aille foutre là-bas, mhm?!?!? Écouter une bande de guignols se lécher le cul et parler de Jamie comme s’ils le connaissaient?! Lui remettre des putains de décorations à titre posthume ?! Oh pardon il s’est fait descendre mais c’est pas grave on lui donne une belle médaille en or ! Merveilleux ça fera du plus bel effet sur le rebord de la cheminée!!! Ils peuvent se l’enfoncer là où je pense leur cérémonie à la con, hors de question que je participe à ces conneries!!” Son champ de vision se rétrécissant et sa voix se mettant à trembler, il s’arrêta aussitôt et ferma les yeux pour prendre une longue inspiration - ça lui demandait trop, beaucoup trop, Sara devait partir. “Va-t-en Sara, s’il te plait. Je suis pas d’humeur.


code by black arrow


this place was a shelter


Though I'm weak and beaten down; I'll slip away into the sound. The ghost of you is close to me. I'm inside out, you're underneath.

I'm a goner. Somebody catch my breath             
(c) FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t313-toby-young-and-menace
avatar


Sara Howe

♆ Messages : 953
♆ Feat. : Amber Heard
♆ Crédits : Avatar : Luiyna, Signa : Solosand (code), Gifs : Luiyna + ambrewgarheard + Silverwolf Design
♆ Disponibilité RP : Disponible

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Death doesn't let you say goodbye. | Sara [for now]   Jeu 30 Aoû - 20:35

Death doesn't let you say goodbye
It just carves holes in your life, in your future, in your heart.
Toby te faisait peur en cet instant, pas parce que tu craignais qu’il s’en prenne à toi, non, il te faisait peur parce que tu craignais que la disparition du pilote ne l’ait totalement brisé. Son éclat de rire te fit froid dans le dos mais ne t’empêcha pas de poursuivre. Tu voulais l’aider, alors tu t’entêtais, tu t’accrochais, de toutes tes forces, à l’espoir que tu réussirais à l’atteindre, à lui faire entendre raison.
Il te laisse faire ton petit discours sans rien dire, attendant que tu termines pour répliquer. Tes yeux s’écarquillent à ses mots. Tu lèves les yeux au ciel quand il te demande ce qu’il irait faire à l’enterrement, c’était exactement pour qu’au moins une personne ait un discours sincère sur le pilote que le mécanicien devait y aller. Tu te rends comptes alors que Toby cumule les trois premières étapes du deuil en une seule fois, un combo très dangereux. Si tu étais sa psy’ tu aurais sans doute essayé de trouver des mots apaisants, des paroles pour l’aider à passer en douceur les différentes étapes pour marcher sur le chemin de la guérison. Mais tu n’es pas sa psy’, tu es son amie, comme tu étais celle de Jamie – en plus d’être sa psy’.

Tu lui jettes le reste de ton verre d’eau à la figure. « C’est bon ? T’as fini ? » grondes-tu avec autant de colère que de tristesse dans la voix. Tu ne le laisseras pas salir la mémoire de Jamie, autant pour lui-même que pour ledit pilote. « Tu crois qu’il n’y pensait pas tous les jours ? Tu crois qu’il ne se rongeait pas du mal qu’il vous avait fait à cause de votre stupide rupture aussi ? Tu crois qu’il ne continuait pas à s’en vouloir de t’avoir menti au début de votre relation ? Tu crois vraiment que tu as le monopole de la douleur ici ? » le harasses-tu de tes questions rhétoriques dont tu connais parfaitement les réponses puisque cela fait parti des choses que tu abordais avec Jamie lors de vos séances.
Tu baisses légèrement les yeux en soupirant. Tu ne peux pas vraiment lui donner tort au sujet des guignols et des médailles, tu as toujours pensé pareil. Néanmoins tu sais qu’il doit y aller. « Quant aux guignols… ça serait bien justement que les personnes qui aiment Jamie soient là pour réellement parler de lui. » argues-tu, utilisant volontairement le présent puisque l’amour que Toby a pour Jamie de même que ton affection pour lui, ne disparaitront jamais. Les gens qui aimaient le pilote de son vivant continueront à l’aimer dans sa mort.

Tu te penches ensuite légèrement, bloquant les roues de ton fauteuil. « Quant à ce qui est de partir… » commences-tu tout en te relevant et te réinstallant bien au fond de ton fauteuil. « Je t’en prie. Jette-moi donc dehors. » l’invites-tu en écartant les bras pour t’englober toi et ton fauteuil dans le geste. « Parce que ça sera la seule façon de me faire sortir… » poursuis-tu, posant tes bras sur les accoudoirs et venant croiser tes mains dans ton giron. « Je ne partirais pas d’ici sans que tu m’accompagnes Toby. » affirmes-tu avec détermination et entêtement. Soit il viendrait à la cérémonie, soit vous la louperiez tous les deux – à moins que tu appelles ton frère pour qu’il emmène de force le mécanicien… C’était une solution que tu préférais éviter, mais s’il ne te laissait pas le choix, tu pourrais bien l’envisager.

code by black arrow


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t641-
avatar


Toby M. Murray
Escadron Phoenix ✈ AIR FORCE

♆ Messages : 162
♆ Feat. : Max Riemelt
♆ Crédits : blue walrus

MessageSujet: Re: Death doesn't let you say goodbye. | Sara [for now]   Jeu 6 Sep - 11:45

Death doesn't let you say goodbye
It just carves holes in your life, in your future, in your heart.

Elle lui balança son verre d’eau à la figure, et Toby sentit ses muscles se tendre de colère. Pour qui elle prenait? Toby ne lui avait rien demandé, il ne lui avait jamais demandé de venir jusqu’ici, au contraire il voulait juste qu’on le laisse tranquille. Mais évidemment tout le monde en avait rien à foutre de ce qu’il voulait, tout le monde s’obstinait à venir le faire chier. Et ça le fatiguait. Il ne voulait pas les voir. Même s’ils le voulaient, ils ne pourraient pas comprendre. Seul Rick pouvait éventuellement comprendre, puisqu’il avait vécu sensiblement la même chose. Et encore. Toby était fatigué qu’on lui dise ce qu’il devait ressentir, ce qu’il devait faire, comment agir. Il ne comprenait pas pourquoi ils ne pouvaient pas le laisser gérer ça seul. Il y arrivait très bien quand ils n’étaient pas là pour l’emmerder avec leurs conneries. Et il aurait pu très bien se débrouiller ce jour-là si Sara n’avait pas eu la merveilleuse idée de venir lui demander de venir à ce-dont-il-ne-pouvait-pas-penser. Il le savait très bien au fond Toby que s’il s’y rendait il ne s’en relèverait pas.

Elle ne lui laissa pas le temps de répondre quoi que ce soit. Elle le harcelait avec des questions dont Toby connaissait très bien les réponses merci bien - il n’avait pas besoin qu’elle remue le couteau dans la plaie, il n’avait pas besoin qu’elle lui fasse une leçon de morale. “Mais tu crois vraiment que je vais parler de Jamie ou de ce que je partage avec lui avec ces abrutis?! Jamie n’appartenait pas à l’armée!!! JAMAIS! ” Sa voix blanchit alors qu’il réalise qu’il a utilisé le passé, et l’effroi l’envahissant, son cerveau le pousse à reprendre de plus bel, avec plus de colère. “Elle l’a utilisé parce qu’il était jeune et impressionnable, elle lui a donné un simulacre de famille complètement fucked-up et maintenant elle l’a détruit! T’as cru que j’aimais faire de beaux discours à des hypocrites pour qu’ils puissent se donner bonne conscience après? Non merci.” Bien sûr, cette colère était là uniquement pour masquer la douleur intolérable que provoquaient les mots durs de son ami en lui. Il n’avait pas envie de les entendre. Il avait envie de crever. Il aurait dû crever, à sa place. Il sentit l’étau autour de sa poitrine se resserrer brusquement et sa tête le tourner. Il ferma les yeux et tenta de respirer normalement pour se calmer. A côté, Sara finissait son petit discours mais Toby n’y faisait plus attention, enfermé dans ses ténèbres. Elle le mettait hors de lui à vouloir le forcer à se rendre à un événement qui allait finir de le briser.

C’est bien reste ici si ça te chante j’en ai rien à foutre!” Toby s’éloigne, Toby fuit, Toby quitte la cuisine et se réfugie dans le salon, sur le canapé où il a élu domicile ces derniers jours avec des paquets de chips vides et des cadavres de bouteilles d’alcool - le seul endroit dérangé de la maison avec leur chambre où il n’a pas remit les pieds. Il pousse un soupire tremblant et s’assoit, il ne peut plus la voir, et il ne veut pas qu’il la voit alors qu’il pète les plombs. Ses mains tremblent, il les plaque sur son visage, sur ses yeux, les coudes sur ses genoux, son genou qu’il secoue nerveusement. Ses yeux sont fermés et sa respiration est rapide alors qu’il essaie de calmer ses angoisses, sa douleur, sa colère qui lui écrasent la poitrine. Il l’entend s’approcher. “J’aurais dû me barrer dès qu’il m’a dit qu’il était militaire.” Il y a autant de colère que de détresse dans sa voix qui finit par se briser, enfin, alors que ses épaules s’affaissent. La colère parce qu’il sait qu’il ne le pense pas, parce que Jamie est l’amour de sa vie et qu’il sera toujours l’amour de sa vie. Et puis la détresse parce que… à quoi bon? A quoi bon être resté avec lui juste pour qu’on écrase son bonheur aussi vite qu’il est arrivé? Toby n’est rien sans lui. Etre avec Jamie lui a fait miroiter l’idée qu’il pouvait être quelqu’un, qu’il pouvait y avoir un sens à sa vie pitoyable de petite merde, tout ça pour lui rappeler que oui tout le monde finissait par l’abandonner un jour ou l’autre. Pourtant il le sait pertinemment Toby, que si cela devait se passer de nouveau, Jamie lui volerait encore le coeur. Toby est né pour l’aimer, et s’il avait plusieurs vies, il l’aimerait dans chacune d’entre elles. Il y a un silence. “Je ne peux pas y aller Sara.” C’est plus une supplique qu’autre chose.



code by black arrow


this place was a shelter


Though I'm weak and beaten down; I'll slip away into the sound. The ghost of you is close to me. I'm inside out, you're underneath.

I'm a goner. Somebody catch my breath             
(c) FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t313-toby-young-and-menace
avatar


Sara Howe

♆ Messages : 953
♆ Feat. : Amber Heard
♆ Crédits : Avatar : Luiyna, Signa : Solosand (code), Gifs : Luiyna + ambrewgarheard + Silverwolf Design
♆ Disponibilité RP : Disponible

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Death doesn't let you say goodbye. | Sara [for now]   Sam 8 Sep - 15:39

Death doesn't let you say goodbye
It just carves holes in your life, in your future, in your heart.
Tu restes impassible face à la colère de Toby, tu sais qu’elle n’est pas dirigée contre toi, pas vraiment. Tu le sens le mécanicien est en colère contre Jamie de l’avoir abandonné, de ne pas avoir tenu sa promesse de lui revenir, mais surtout est en colère contre lui-même et bien évidemment, contre l’armée. Il l’a toujours été et la mort de l’homme de sa vie n’a clairement rien arrangé. Tu soupires quand tu l’entends pester contre ce système, tu le comprends, une part de toi est d’accord avec lui, ton frère aussi est dans l’armée, chez les SEALs, toi aussi tu t’inquiètes chaque fois qu’il part, toi aussi tu es terrorisée à l’idée qu’on vienne t’annoncer qu’il ne reviendra pas, cependant toi tu comprends ce que Jamie avait trouvé en l’armée. Tu le laisses hurler tout son saoul, ça ne servirait à rien d’argumenter maintenant, il ne t’écouterait pas.

Quand tu lui fais savoir que tu ne comptes aller nulle part et qu’il faudra qu’il te jette dehors lui-même il te fuit, s’éloignant rapidement, comme si ta simple présence était une douleur intolérable pour lui. D’une certaine manière tu sais que c’est vrai, tu l’obliges à se confronter à sa propre douleur, à son deuil, à sa tristesse… Tu le laisses prendre un peu d’avance le temps de débloquer tes roues pour le suivre tranquillement. Tu es certaine qu’il ne sortira pas de la maison de toute façon. Tu le rejoins dans le salon, sans te presser, lui laissant le temps d’accepter ta présence ou de fuir à nouveau. Mais il reste là, prostré sur lui-même. Tu secoues la tête en l’entendant dire qu’il n’aurait jamais dû rester en sachant qu’il était militaire. Tu sais qu’il ne le pense pas et qu’il en est lui-même conscient. Ils étaient destinés à se rencontrer et à s’aimer, il n’aurait jamais pu lutter contre ça.

Ça te fait mal de le voir comme ça, ça te fait mal de devoir le bousculer comme tu le fais mais tu sais que tu n’as pas le choix. Même si c’est douloureux, pour lui, pour toi, tu dois lui faire accepter que Jamie ne reviendra pas. Il doit admettre qu’il va devoir avancer sans lui, juste l’admettre, le faire sera une prochaine étape… « Je sais… » souffles-tu doucement à sa supplique, tendant instinctivement ta main vers lui avant de t’arrêter quelques instants, hésitante, avant de finalement poser ta main doucement sur son bras. « Tu sais… ce n’est pas pour l’armée qu’il faut que tu y ailles, il ne vous mérite pas, mais il n’y aura pas que des militaires… Il y aura les amis de Jamie, ceux qui tiennent réellement à lui et puis… il y aura sa famille aussi… » ajoutes-tu avec une douceur et une tendresse infinie. « C’est pour tout ces gens qui l’aiment qu’il faut y aller. » précises-tu en exerçant une légère pression de ta main.
Tu voudrais lui dire que tu sais qu’il a mal, que tu comprends sa douleur, que tu es là pour lui, mais ça ne servirait à rien, d’une part tu ne peux pas pleinement le comprendre, toi aussi tu as vécu des épreuves dures qui t’ont affecté mais ce n’était pas la même douleur, quant au reste… il le sait déjà, il l’a peut-être oublié en cet instant, mais au fond de lui il sait que tu tiens à lui et que tu es son amie. Une amie qui aimerait pouvoir s’asseoir à côté de lui et le prendre dans ses bras comme l’aurait fait n’importe qui, mais qui est limitée dans ses mouvements par son fauteuil que tu n’as sans doute jamais autant détesté qu’en ce moment. « S’il te plait Toby… Laisse-moi essayer de t’aider… » le supplies-tu alors que ta voix se teinte de la peine que tu ressens autant pour lui que par la mort du pilote, se brisant sur les derniers mots alors que des gouttes salées viennent emplir tes prunelles. Tu t’étais jurée de ne pas pleurer, de rester forte pour Toby, mais sa douleur vient résonner avec la tienne et ça devient trop dur pour toi.

code by black arrow


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t641-
avatar


Toby M. Murray
Escadron Phoenix ✈ AIR FORCE

♆ Messages : 162
♆ Feat. : Max Riemelt
♆ Crédits : blue walrus

MessageSujet: Re: Death doesn't let you say goodbye. | Sara [for now]   Jeu 20 Sep - 21:38

Death doesn't let you say goodbye
It just carves holes in your life, in your future, in your heart.

Toby espérait que Sara se lasse, qu’elle voit par ses actes et ses paroles qu’il n’avait absolument pas envie de lui parler, qu’il voulait juste qu’elle le laisse tranquille, qu’elle finisse enfin par partir. Il ne supportait plus cette discussion, penser à Jamie, devoir parler de Jamie… C’était insupportable. Bien sûr, c’était mal connaître son amie, il aurait dû se douter qu’elle ne changerait pas d’avis comme ça. Sara était une femme plutôt calme et douce en règle générale, mais elle pouvait être très butée si elle le voulait et Toby aurait dû s’en souvenir. Cependant, il espérait que son état joue en sa faveur. Pas vraiment qu’elle ait pitié de ça - il ne le supporterait pas - mais qu’elle comprenne qu’il avait vraiment besoin d’être seul et qu’elle lui fiche enfin la paix. C’est pour cette raison qu’il avait fini par lui avouer qu’il ne pouvait pas y aller. Même s’il le voulait. Les raisons étaient implicites mais claires: c’était beaucoup trop douloureux et il n’était pas prêt à y faire face. Il avait toujours la gorge serrée et le ventre noué sous l’émotion. La réaction de son amie n’était pas celle qu’il souhaitait. Elle insistait, encore. Lorsque sa main se posa sur son bras, Toby n’eut pas le courage de la déloger, mais il était aisé de sentir ses muscles se tendre à ce contact qui n’était pas vraiment la bienvenu. Le regard fixé devant lui, il se concentra pour ne pas la regarder, et il était sur le point de lui couper la parole pour lui expliquer que sa décision était définitive lorsqu’elle fit allusion à une chose à laquelle il n’avait pas pensé. La famille de Jamie. Sa mère. Elle serait là, sans doute. Toby ne connaissait pas tous les détails de sa relation avec Jamie, mais il savait que ce dernier avait peur de le recontacter - il s’en voulait encore beaucoup de son comportement dans le passé, il pensait qu’elle lui en voudrait encore. Et Toby s’en veut de n’avoir pas pensé à cela. Il devrait être là. Il devrait la rencontrer. Lui dire à quel point Jamie est merveilleux. A quel point il est un homme meilleur grâce à Jamie. A quel point… Jamie lui manque. L’émotion lui bloque la gorge, l’étouffe, lui brûle les yeux. Ses paupières se ferment alors qu’il prend une inspiration un peu tremblante. Les derniers mots de Sara, il n’y fait pas attention, il ne l’écoute plus vraiment. Mais c’est cette voix douce et compréhensive qui se brise qui le sort de son silence, de son immobilisme. Il relève la tête, et les larmes qu’il voit sur les joues de la jeune femme lui serrent le coeur - elles reflètent sans doute les siennes. Il s’en veut encore - d’être compliqué, brutal, en colère, alors qu’elle ne cherche qu’à l’aider. Il le sait bien au fond. Il le sait bien même s’il refuse d’y faire attention. Il est encore en colère, bien sûr, ça n’a pas changé. Mais ses mots ont trouvé un écho dans son esprit. La mère de Jamie. Elle sera là. Le reste il s’en fiche. Le reste peut bien pleurer sans lui.

Il se lève pour récupérer la boîte de mouchoirs un peu plus loin avant de la tendre vers Sara sans un mot. Il est désolé, mais rien ne passe la barrière de ses lèvres. Il n’est pas prêt pour s’excuser. Pas encore. Et il n’est pas doué pour consoler les gens. Jamie saurait quoi dire, beaucoup mieux que lui. Mais c’est justement à cause de Jamie qu’elle pleure. Jamie qui n’est plus là. Il reste debout comme ça, un moment, la douleur chevillée au coeur et la peur de ce qu’il s’apprête à faire qui lui noue le ventre. La mère de Jamie. Il pousse un soupire.

Ok.

Il n’élabore pas. Il n’y a pas besoin. Il ne parle beaucoup que lorsqu’il est en colère. Et surtout, il ne veut pas parler davantage. Il ne veut pas qu’elle le confronte davantage avec ça. Son espoir est de pouvoir s'immerger suffisamment dans son propre esprit pour ne pas faire attention à ce qui sera en train de se passer. Il laisse Sara avec ses émotions - lui laissant la possibilité de le suivre dans la maison ou pas - et se dirige dans la chambre pour y chercher son seul costume. Il est absolument hors de question qu’il porte son uniforme. Il s’immobilise quelques secondes avant d’ouvrir la porte, puis s’exécute et attrape ses vêtements rapidement, sans un regard pour le chaos qui règne dans la pièce, et surtout, surtout, sans un regard pour le côté du lit de Jamie. Et puis il fuit dans la salle de bain - laissant libre court à ses larmes sous la douche, à l’abri du regard de son amie. Seul. Et puis il ne pleure pas - l’eau chasse les larmes à peine ont-elles glissé sur ses joues. Elles n’existent pas.

C’est quelques minutes plus tard qu’il ressort de la pièce enfin apprêté. Il pose son regard sur Sara. Pendant quelques secondes, il a envie de se défiler de nouveau. Mais il se souvient. La mère de Jamie. Il hausse les épaules. “Bon, on y va? Qu’on en finisse.” Son visage a retrouvé toute sa neutralité. Et avec un peu de chance, on finira par lui lâcher la grappe après toute cette mascarade.



code by black arrow


this place was a shelter


Though I'm weak and beaten down; I'll slip away into the sound. The ghost of you is close to me. I'm inside out, you're underneath.

I'm a goner. Somebody catch my breath             
(c) FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t313-toby-young-and-menace
avatar


Sara Howe

♆ Messages : 953
♆ Feat. : Amber Heard
♆ Crédits : Avatar : Luiyna, Signa : Solosand (code), Gifs : Luiyna + ambrewgarheard + Silverwolf Design
♆ Disponibilité RP : Disponible

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Death doesn't let you say goodbye. | Sara [for now]   Lun 24 Sep - 21:06

Death doesn't let you say goodbye
It just carves holes in your life, in your future, in your heart.
Quand tu le sens se tendre sous tes doigts tu as peur qu’il ne te rejette à nouveau, qu’il te hurle dessus, pourtant il ne semble même pas avoir la force de continuer à te repousser. Tu n’es pas vraiment certaine que ce soit vraiment une bonne chose… Alors tu continues à parler, tu cherches des arguments pour lui faire changer d’avis, pour le décider à venir avec toi à l’enterrement du pilote. Tu finis par abattre ta dernière carte : ceux qui aiment Jamie seront là aussi. Sa famille. Avant que tu ne la mentionnes tu l’as sentie à deux doigts de réagir, sans doute pour te répéter qu’il n’irait pas, mais ce dernier élément semble abattre ses dernières résistances. Il ne répond toujours pas et tu finis par craquer toi aussi, l’implorant de te laisser l’aider. Il relève la tête vers toi quand ta voix se brise.
Il se lève sous tes yeux d’où continuent de dévaler tes larmes. Il te tend une boîte de mouchoirs en silence, tu en prends un, hochant simplement la tête en guise de remerciement. Tu as peur de ne pas être capable de faire autre chose que sangloter si tu ouvres la bouche. Tu tâches d’essuyer le flot de gouttes qui roulent sur tes joues, quand tu l’entends soupirer avant de lâcher un mot. Un tout petit mot. Tu relèves la tête vers lui quand tu le vois se mettre à nouveau en mouvement, tu le suis du regard, constatant qu’il semble se diriger vers leur chambre. Tu as donc bien compris, il accepte de venir avec toi.

Tu lâches un tout petit soupir de soulagement, qui n’arrive pas à éloigner pourtant la douleur au fond de ton cœur. Pour le pilote bien sûr, toi aussi tu tiens, tenais, énormément à lui, mais aussi pour le mécanicien dont les jours sombres ne font que commencer… ça te désole de le voir ainsi, d’avoir dû le bousculer, d’avoir insisté autant, mais tu sais que c’était nécessaire, il doit y aller. Tu le laisses aller se préparer tranquillement. Tu profites de ces quelques instants pour envoyer un message à ton frère, lui annoncer que tu as réussi à convaincre Toby d’aller à l’enterrement du pilote. Tu commandes ensuite un uber pour vous amener tous les deux.
Pendant le temps où tu es seule, tu explores un peu la maison, cherchant les signes du mal-être de Toby. Tout est trop bien rangé, trop propre, même Jamie n’aurait probablement réussi un résultat aussi impeccable. Il n’y a bien que le salon avec ses cadavres de bouteilles et ses cendriers pour ne pas être reluisant comme si tout était neuf et qu’on venait à peine d’y emménager.

Quand Toby réapparaît, tu as déjà repris ta place dans le salon et lui est vêtu d’un costume sobre et noir. Quand vos regards se croisent tu peux voir la peur qui l’envahit, l’envie de se défiler à nouveau. Pourtant il tient bon, te pressant même pour que vous y alliez. Tu hoches simplement la tête et te diriges vers la sortie.
Vous montez à bord de la voiture et le chauffeur démarre. Vous ne mettez pas bien longtemps à arriver au cimetière où se déroulera la cérémonie. Ton frère est là pour vous accueillir, il t’aide à t’extirper du véhicule et salue le mécanicien d’un simple signe de la tête, une façon de le remercier de ne pas t’avoir réduite en morceau sans doute mais aussi d’être venu. Il te souffle doucement que la cérémonie n’a pas encore commencé, mais que ça ne devrait pas tarder. Frederik vous escorte jusqu’à vos places, il vous explique qu’il a dû batailler ferme mais a obtenu que Toby puisse s’installer devant, avec la famille, toi tu es un rang après, avec les amis, les proches. Ton frère a fait en sorte que tu sois placée juste derrière le blond.

code by black arrow


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t641-
avatar


Toby M. Murray
Escadron Phoenix ✈ AIR FORCE

♆ Messages : 162
♆ Feat. : Max Riemelt
♆ Crédits : blue walrus

MessageSujet: Re: Death doesn't let you say goodbye. | Sara [for now]   Mar 23 Oct - 21:18

Death doesn't let you say goodbye
It just carves holes in your life, in your future, in your heart.



Dans le uber, le silence est assourdissant. Toby ne regarde pas son amie. Il ne lâche pas un mot, son regard fixé sur le paysage qui défile par la fenêtre. Plus les secondes passent, plus ils se rapprochent de leur destination, plus le ventre du mécanicien se noue et plus l’angoisse lui serre la gorge. Il n’a rien à ranger, rien à nettoyer, aucune distraction pour nier la terrible vérité. Par la fenêtre pourtant, rien ne change. Les gens vaquent à leurs occupations comme si rien ne s’était passé. Le monde extérieur semble continuer à tourner. Qu’est ce que ça peut bien lui faire à l’univers que Jamie ne soit plus là? Il n’est que poussière dans l’immensité. Il n’est pas indispensable au fonctionnement de l’univers - mais il devrait l’être. Il devrait l’être. Parce que Toby, lui, ne peut plus tourner rond si Jamie n’est plus là - parce que dans son coeur, tout s’est arrêté.  

Il n’a pas une seule pensée pour Sara, pour son amie qui souffre elle aussi. Il a toujours été généreux Toby, mais pas cette fois. Parce qu’il est tout bonnement incapable de penser à autre chose qu’au trou béant dans sa poitrine. Il en veut à la Terre entière Toby. Et il en veut à Jamie de lui avoir promis qu’il lui reviendrait toujours. Menteur. Menteur. Menteur.

La voiture s’arrête. Le rythme cardiaque de Toby s’accélère douloureusement. Il enregistre plus qu’il ne voit Frederik lui faire un signe de tête. Soudainement, il a mal au coeur. Il peut le sentir battre à ses tempes, il peut le sentir cogner dans sa poitrine et lui donner la nausée. Tachycardie. Il ferme les yeux et se fait violence. Il sort de la voiture. Il fait très chaud. Il n’y a pas un souffle de vent, et le soleil tape. La clarté l’éblouit, il doit plisser les yeux. Ses pieds suivent machinalement Sara et son frère qui semble expliquer quelque chose mais Toby n’en a rien à foutre de ce qu’il raconte. Toby est salué par un de ses supérieurs. “Murray.” Pour toute réponse, Toby plante son regard dans le sien, pas impressionné. Il n’est pas d’humeur pour les courbettes. “Où est votre uniforme?” “Je suis pas là pour cirer vos bottes. Faites votre petit show sans moi.” Sa voix est éteinte, lassée. “Je vais prétendre que je n’ai pas entendu parce que je comprends votre douleur mais - “ “Vous ne comprenez rien du tout. Boss.” Son supérieur s’apprête à rajouter quelque chose mais Sara arrive à la rescousse. Toby ne l’écoute pas, prenant la fuite - ignorant certains de ses coéquipiers qui semblent vouloir venir lui parler. Il s’assoit à sa place désignée, faisant abstraction des personnes tout autour de lui - et personne ne vient l’importuner, comprenant sans doute à son expression que ce n’est pas le moment.

Il se renferme comme une huître, se coupant de la cérémonie, se détachant de ce corps dans lequel il n’a plus envie d’être. Il n’a pas conscience de grand chose si ce n’est sa tourmente intérieure. Si ce n’est ce cercueil en face de lui - qui lui donne soudainement envie d’éclater de rire de façon incontrôlable. Le ridicule de toute cette mascarade atteint des sommets. Le truc est vide. Vide! Parce que cette bande de guignols est une bande d’incapables. Parce qu’ils préfèrent se lancer des fleurs plutôt que mettre tout en oeuvre pour le retrouver. Parce qu’ils ont demandé à un type qui connaît à peine Jamie de faire un discours, et tout ce qui sort de sa bouche sonne faux. Des conneries bien pensantes et des généralités. Et cette fois, Toby a envie de hurler. De se lever et de le cogner jusqu’à ce qu’il ferme sa grande gueule de bon petit mouton qui fait ce qu’on lui demande. A une énième connerie, Toby se lève et quitte l’assistance. C’est insupportable. Il s’éloigne rapidement, et attend d’être assez loin dans le cimetière pour allumer une cigarette et inspirer profondément - les mains tremblantes.

Aucun d’eux ne sait que Jamie prend toujours le côté droit du lit et qu’il range tous ses habits par couleur. Ils ne connaissent pas sa vraie passion pour la photographie argentique, ou bien toute sa collection de vinyles - ni sa manie de chanter sous la douche le week end après une grasse matinée. Ils ne savent pas à quel point sa Louisiane et le jazz de la Nouvelle Orléans lui manque. Toby voulait l’y emmener à son prochain anniversaire. Toby voulait l’entendre rire à ses blagues pas drôles. Toby voulait qu’ils adoptent un chien. Toby voulait le rendre heureux, pour toujours, parce qu’il ne vit vraiment que par lui.

Toby ne sait pas comment être Toby sans lui.

Les coups de fusil retentissent dans l’atmosphère lourd du mois d’août. Sa vision se trouble et les larmes glissent enfin sur ses joues, brisant ses résistances. Portant son poing fermé à sa bouche, il le mord avec violence pour ne pas hurler de douleur et faire une scène - la mère de Jamie est dans l’assemblée. Il finit par tomber à genoux. Parce que derrière ses yeux clos, il peut voir le corps de Jamie criblé de balles - à chaque nouveau coup de feu qui se fait entendre. Il peut voir son corps exploser. Il peut le voir se noyer. Il peut le voir brûler vif, enfermé dans son cockpit. Il peut le voir sous la torture. Il peut le voir agoniser et pousser son dernier souffle. Toby voudrait juste pouvoir prendre sa place.

Et il sanglote sans pouvoir s’arrêter.

Don't wanna feel another touch
Don't wanna start another fire
Don't wanna know another kiss
No other name falling off my lips
Don't wanna give my heart away
To another stranger
Or let another day begin
Won't even let the sunlight in
No, I'll never love again


code by black arrow


this place was a shelter


Though I'm weak and beaten down; I'll slip away into the sound. The ghost of you is close to me. I'm inside out, you're underneath.

I'm a goner. Somebody catch my breath             
(c) FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://never-fall.forumactif.org/t313-toby-young-and-menace


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Death doesn't let you say goodbye. | Sara [for now]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Death doesn't let you say goodbye. | Sara [for now]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Commande Death at Koten
» Cities of Death
» I think that it's time to say goodbye [Libre]
» Mes Death Skullz
» Goodbye my old friend...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
We Will Never Fall :: Virginia Beach, our beloved city :: Lynnhaven-
Sauter vers: